• Accueil
  • > Recherche : mots croisés épiphanie

Résultats de votre recherche

Premier dimanche de l’Avent, année C

Posté par diaconos le 30 novembre 2012

Premier dimanche de l’Avent, année C

Premier  dimanche de l'Avent, année C dans La messe du dimanche prewmier-dimanche-de-lavent1-300x200

Première semaine de l'Avent : soyons des veilleurs actifs en solidarité avec les associations qui luttent pour une société plus juste.

En ce premier dimanche d’une nouvelle année liturgique, l’année C, la Parole de Dieu nous alerte, nous réveille, nous incite à nous tenir sur nos gardes :   »Restez éveillés et priez en tout temps »(évangile)

Voici avec l’Avent, le temps de la vigilance, pour accueillir dignement Jésus, notre Seigneur. Il est important de bien prendre, tous ensemble, un bon départ au seuil de cette nouvelle année liturgique. Ce temps de l’Avent est propice à de bonnes résolutions… Dans la deuxième lecture, saint Paul nous demande de tout faire pour plaire à Dieu. S’il insiste pour que nous fassions des progrès, c’est pour attirer notre attention sur ce temps de l’Avent. Vivre un amour plus intense à l’égard de Dieu, c’est par exemple  être plus réceptif à sa Parole, chaque jour ; passer un peu plus de temps à la prière pour lui exprimer notre amour et notre reconnaissance. Plaire à Dieu, c’est peut-être préparer Noël autrement : par exemple, en osant parler de lui, là où nous sommes, à nos enfants et aussi dans notre entourage…

 Voici les lectures pour dimanche et quelques commentaires s’y rapportant ainsi qu’en annexe les mots croisés du Diacre Rioux

croix-diaconale5 conversion dans Temps de l'AventRecevez, chers amis, chères amies dans le Christ, mes salutations amicales et fraternelles.

Michel Houyoux, Diacre permanent

La première lecture est tirée du livre de Jérémie au chapitre 33, 14-16

Commentaire : six siècles avant le Christ, , le prophète Jérémie rappelle  que les promesses de Dieu sont sans repentance.

Interprétation de cet extrait : pour des peuples enfoncés dans les malheurs et la misère, l’annonce d’un sauveur est comme une lueur dans la nuit. En ce temps de l’Avent où nous allons célébrer la venue du Christ en notre monde, ce « Germe de justice », c’est le Christ.

 Notes : Dans l’Ancien Testament, la justice n’est pas seulement l’équité entre les hommes, elle est plus encore la fidélité du croyant à  l’Alliance, la justice est la sainteté.

v16b : c’est la meilleure raison de ne jamais perdre l’espoir. C’était le nom même du dernier roi de Jérusalem avant l’Exil, Sédécias.

Qui était Sédécias ?  Sédécias, roi durant la seconde rébellion (-588- -586). Jérusalem fut capturée après un long siège, le Temple brûlé, Sédécias fut  emmené en exil et le royaume de Juda réduit à une province. Nabuchodonozor appointa Guedaliah ben A’hikam Godolias) comme gouverneur. Celui-ci fut tué dans une dernière révolte, et les quelques membres qui étaient  restés en terre d’Israël s’enfuirent en Égypte, emmenant avec eux le prophète Jérémie et son disciple Baruch.

Remarque : en cliquant sur les mots écrits en bleu, vous aurez d’autres informations

Texte

14 Parole du Seigneur. Voici venir des jours où j’accomplirai la promesse de bonheur que j’ai adressée à la maison d’Israël et à la maison de Juda : 15 en ces jours-là, en ce temps-là, je ferai naître chez David un Germe de justice et il exercera dans le pays le droit et la justice. 16 En ces jours-là, Juda sera délivré, Jérusalem vivra  en sécurité, et voici le nom qu’on lui donnera : « Le-Seigneur-est-notre-Justice »

Copyright AELF – Paris – 1980 – Tous droits réservés »

Psaume 24 (25), 4-5, 8-9, 10-14

Commentaire : cette prière est vraiment le cri du coeur !  « prier » (en latin « precari ») est de la même racine que précarité. Ce psaume  est visiblement prévu pour accompagner une démarche de pénitence ; il emploie le vocabulaire du chemin, typique des psaumes pénitentiels : parce que le péché, au fond, c’est une fausse route. Ce chemin, c’est la Loi, cadeau de Dieu; il est  une très grande preuve de sa tendresse pour chaque personne.  Le mot même « Loi » (Torah) vient du verbe « enseigner ». Elle enseigne la voie par laquelle aller à Dieu. Le thème « enseigne-moi tes voies »  (v4,a) est  très présent dans ce psaume. Si Dieu a donné la loi à l’homme, c’est pour son bonheur : la Loi est le mode d’emploi de notre liberté pour que nous soyons heureux puisque Dieu n’a pas d’autre but.

Interprétation :  le véritable chemin de conversion, c’est d’abord de se tourner vers Dieu et lui nous tournera vers nos frères.

Note : Le mot « conversion » signifie « demi-tour ». Dans la Bible, le pécheur qui se convertit, fait un véritable demi-tour ; on dit qu’il « revient de son mauvais chemin ». Moïse déjà utilisait la même image, il disait au peuple : « Vous veillerez à agir comme vous l’a ordonné le Seigneur notre Dieu sans vous écarter ni à droite ni à gauche. Vous marcherez toujours sur le chemin que le Seigneur votre Dieu vous a prescrit… » (Dt 5, 32 – 33).

Texte

4 – Seigneur, enseigne-moi tes voies, fais-moi connaître ta route.

5 – Dirige-moi par ta vérité, enseigne-moi car tu es le Dieu qui me sauve.

8 – Il est droit, il est bon, le Seigneur, Lui qui montre aux pécheurs le chemin.

9 – Sa justice dirige les humbles, Il enseigne aux humbles son chemin.

10 – Les voies du Seigneur sont amour et vérité pour qui veille à son Alliance et à ses lois.

14 – Le secret du Seigneur est pour ceux qui le craignent ; à ceux-là Il fait connaître son Alliance.

Copyright AELF – Paris – 1980 – Tous droits réservés »

La deuxième lecture est tirée de la première lettre aux Thessaloniciens  au chapitre 3

Commentaire : Paul  invite les chrétiens à mettre toute leur existence en perspective de ce « jour où notre Seigneur Jésus viendra avec tous les Saints (verset 13).  Les Chrétiens ne sont pas tournés vers le passé mais vers  »LA-VENIR  » (en deux mots) : c’est cet  » A-VENIR  » qui donne sens à notre vie; c’est très exactement ce que dit Paul dans cet extrait : « Que le Seigneur vous établisse dans une sainteté sans reproche devant Dieu notre Père, pour le jour où notre Seigneur Jésus viendra avec tous les Saints »  (verset 13) . C’est également le sens de la prière qui suit le Notre Père dans la liturgie eucharistique : « Rassure-nous devant les épreuves en cette vie où nous espérons le bonheur que tu promets et (c’est-à-dire) l’avènement de Jésus-Christ notre Sauveur. »

L’apôtre Paul donne aux chrétiens de Thessalonique, et à nous par le biais de la liturgie, quelques conseils utiles en tout temps et particulièrement en ce temps de préparation à la venue du Seigneur : un amour de plus en plus intense et débordant entre eux et avec tous, recherche de la sainteté, souci de faire de nouveaux progrès…

Histoire : Paul est arrivé à Thessalonique probablement en l’an 50, c’est-à-dire environ vingt ans après la mort et la résurrection du Christ ; c’était un port de commerce très important, et la capitale de la province de Macédoine, occupée par les Romains. Beaucoup d’étrangers y vivaient, dont une importante colonie juive. 

Texte

Frères, 3, 12 – que le Seigneur vous donne, entre vous et à l’égard de tous les hommes, un amour de plus en plus intense et débordant, comme celui que nous avons pour vous.
13 – Et qu’ainsi il vous établisse fermement dans une sainteté sans reproche devant Dieu notre Père, pour le jour où notre Seigneur Jésus viendra avec tous les Saints. 4, 1 – Pour le reste, vous avez appris de nous comment il faut vous conduire pour plaire à Dieu ; et c’est ainsi que vous vous conduisez déjà. Faites donc de nouveaux progrès, nous vous en prions, frères, nous vous le demandons dans le Seigneur Jésus. 2 – D’ailleurs, vous savez bien quelles instructions nous vous avons données de la part du Seigneur Jésus.

Copyright AELF – Paris – 1980 – Tous droits réservés »

De L’ÉVANGILE DE LUC, AU CHAPITRE 21,v1, v 25à v 28, v 34 à v 36

Toutes les lectures de ce dimanche, nous rappellent un message absolument essentiel que nous risquons fort d’oublier : Noël ce n’est pas seulement l’anniversaire de la naissance de Jésus. C’est important d’y penser bien sûr. En fêtant Noël, nous nous rappelons qu’il est venu dans notre histoire. et qu’il nous a indiqué la route à suivre pour être heureux. Noël c’est aussi l’inauguration des temps nouveaux. Jésus est aussi celui qui reviendra dans les nuées du ciel avec grande puissance et grande gloire. (Lc 21, 27).

Le temps de l’Avent c’est celui de la venue du Christ. Cette période nous rappelle que nous attendons l’avènement définitif du Royaume de Dieu. Ce temps de l’Avent nous donne l’occasion d’un véritable retournement. Aujourd’hui, Jésus nous montre ce qui paralyse nos élans : la débauche, l’ivrognerie, les soucis de la vie. (Lc 21,34)

Source → Rencontre avec la Parole de Vie : Parole de Dieu – Sur le site des Éditions Croix du Salut

Commentaire : Si on prend ces lignes au pied de la lettre, il y a de quoi frémir !  ( Ce texte est de style apocalyptique)  Nous avons déjà rencontré des textes de ce genre dans des courriels précédents. Le malheur, c’est que, dans nos sociétés, le mot « apocalypse » a très mauvaise presse ! Pour nous, il est synonyme d’horreur… alors que c’est tout le contraire ! Commençons donc par redonner au mot « apocalypse » son vrai sens : « apocaluptô », en grec, signifie « lever le voile », c’est le même mot que « re-velare » (en latin) – révéler en français ! Il faut traduire « texte apocalyptique » par « texte de révélation ».

Le style apocalyptique est apparu en Israël deux siècles avant Jésus Christ,  pour se prolonger un siècle après.

Le genre apocalyptique a au moins quatre caractéristiques tout-à-fait particulières :

1° Premièrement, ce sont des livres pour temps de détresse, généralement de guerre et d’occupation étrangère doublée de persécution

2° Ce sont des livres de consolation : pour conforter les croyants dans leur fidélité et leur donner, face au martyre, des motifs de courage et d’espérance Ils invitent les croyants à tenir bon.

3° Ils annoncent la victoire finale de Dieu : de ce fait, ils sont toujours tournés vers l’avenir ; malgré les apparences, ils ne parlent pas d’une « fin du monde », mais de la transformation du monde, de l’installation d’un monde nouveau, du « renouvellement » du monde. Quand ils décrivent un chamboulement cosmique, ce n’est qu’une image symbolique du renversement complet de la situation.  En un mot, leur message c’est « Dieu aura le dernier mot »

4° Ils invitent les croyants à adopter une attitude non pas d’attente passive, mais de vigilance active : le quotidien doit être vécu à la lumière de cette espérance.

Message de Jésus  Jésus  nous indique la bonne attitude pour ne pas nous laisser emporter par les tempêtes du monde : relever la tête et tourner nos pensées vers lui. Il nous invite à une attitude responsable: tenez-vous sur vos gardes, veillez et prier en tout temps. L’attitude qui s’impose, c’est donc de se tenir debout. (verset 36)

Texte

   1 Jésus parlait à ses disciples de sa venue : 25 - « Il y aura des signes dans le soleil, la lune et les étoiles. Sur terre, les nations seront affolées par le fracas de la mer et de la tempête. 26 – Les hommes mourront de peur dans la crainte des malheurs arrivant sur le monde, car les puissances des cieux seront ébranlées. 27 – Alors on verra le Fils de l’homme venir dans la nuée, avec grande puissance et grande gloire. 28 – Quand ces événements commenceront, redressez-vous et relevez la tête, car votre rédemption approche. 34 – Tenez-vous sur vos gardes, de crainte que votre coeur ne s’alourdisse dans la débauche, l’ivrognerie et les soucis de la vie, et que ce jour-là ne tombe sur vous à l’improviste. 35 – Comme un filet, il s’abattra sur tous les hommes de la terre. 36 – Restez éveillés et priez en tout temps : ainsi vous serez jugés dignes d’échapper à tout ce qui doit arriver, et de paraître debout devant le Fils de l’homme. »

Copyright AELF – Paris – 1980 – Tous droits réservés »

Documentation

Quel est le sens des  couleurs liturgiques ?

L’Église se sert des couleurs dans la liturgie pour nous aider à pénétrer le mystère du salut célébré. Leur sens est purement symbolique : elles servent à suggérer à l’esprit le temps liturgique dans lequel on vit, le mystère ou la fête qu’on célèbre. Les quatre couleurs liturgiques sont : le vert, le violet, le rouge et le blanc. On peut également trouver d’autres couleurs pour certaines fêtes particulières.

Vert  Le vert est utilisé dans l’année, durant le temps ordinaire. C’est la couleur qui exprime la vie et l’espérance de la foi manifestées par la présence de Jésus, vivant dans notre temps.
Le vert est également porté en semaine en dehors d’un temps liturgique particulier ou si l’on ne célèbre pas une fête particulière du sanctoral.

Violet Le violet marque une circonstance pénitentielle : Avent, Carême, cérémonie pénitentielle, mais également la Septuagésime, les Quatre-Temps, Vigiles, Rogations et les trois solennelles bénédictions liturgiques de l’année: celles des cierges, des cendres et des rameaux.

Rouge Le rouge, couleur de sang et de feu, est utilisé pour le dimanche des Rameaux et de la Passion, le vendredi saint, le jour de Pentecôte, pour les messes en l’honneur du Saint Esprit, pour la fête de la Croix Glorieuse (14 septembre), pour les fêtes des apôtres et évangélistes, pour les fêtes des saintes et des saints martyrs.

Blanc Le blanc signifie la joie, l’innocence, la gloire angélique, le triomphe des saints, la dignité et la victoire du Rédempteur. Il est porté aux fêtes de Notre-Seigneur Jésus-Christ: aux temps de Noël et de Pâques, l’Epiphanie, Pâques, l’Ascension, la Fête-Dieu, la Toussaint, ainsi que la fête du Sacré-Coeur, de la Vierge Marie, des anges, des pasteurs, des docteurs de l’Eglise et en général de tous les saintes et les saints qui ne sont pas morts martyrs.

Les autres couleurs

L’or, symbole de gloire et de richesse, de rayonnement et de splendeur, remplace le blanc et le rouge dans les occasions solennelles. Il signifie la Royauté du Christ, la puissance de Dieu. Ce n’est pas une couleur liturgique mais il fait partie du décor. Il est permis pour les jours de fête liturgiques, et est utilisé le jour de Noël et le jour de Pâques. Il peut remplacer le blanc, le vert et le rouge.

La couleur rose peut remplacer (sans obligation) le violet le 3ème Dimanche de l’Avent « Gaudete » et le 4ème Dimanche de Carême « Laetare« . L’apport du rose marque une pause durant ces temps de pénitence et d’abstinence et annonce la fête qui se prépare.

La couleur bleue permise pour quelques fêtes de la Vierge.

Complément

◊ Catéchèse →La prière te permet de t’adresser à Dieu.

Liens externes

◊ Catéchèse →   PREMIER DIMANCHE DE L’AVENT, ANN’ÉE C

La première lecture est tirée du livre de Jérémie. Mais que sais-tu de ce prophète ?

 ♥ Du site « Idées-caté » → Le prophète Jérémie

◊ Mots croisés bibliques → L’attente de la venue de Jésus

En ce premier dimanche d'une nouvelle année liturgique, l'année C, la Parole de Dieu ..." onclick="window.open(this.href);return false;" >

Publié dans La messe du dimanche, Temps de l'Avent | Pas de Commentaires »

 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS