Résultats de votre recherche

Je ne suis pas venu apporter la paix, mais le glaive

Posté par diaconos le 15 juillet 2019

Lundi 15 juillet 2019

Je ne suis pas venu apporter la paix, mais le glaive

Je ne suis pas venu apporter la paix, mais le glaive. 150Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu

En ce temps-là, Jésus disait à ses Apôtres :  » Ne pensez pas que je sois venu apporter la paix sur la terre : je ne suis pas venu apporter la paix, mais le glaive. Oui, je suis venu séparer l’homme de son père, la fille de sa mère, la belle-fille de sa belle-mère : on aura pour ennemis les gens de sa propre maison.

Celui qui aime son père ou sa mère plus que moi n’est pas digne de moi ; celui qui aime son fils ou sa fille plus que moi n’est pas digne de moi ;     celui qui ne prend pas sa croix et ne me suit pas n’est pas digne de moi.
Qui a trouvé sa vie la perdra ; qui a perdu sa vie à cause de moi la trouvera. Qui vous accueille m’accueille ; et qui m’accueille accueille Celui qui m’a envoyé.

Qui accueille un prophète en sa qualité de prophète recevra une récompense de prophète ; qui accueille un homme juste en sa qualité de juste recevra une récompense de juste. Et celui qui donnera à boire, même un simple verre d’eau fraîche, à l’un de ces petits en sa qualité de disciple, amen, je vous le dis : non, il ne perdra pas sa récompense. »

    Lorsque Jésus eut terminé les instructions qu’il donnait à ses douze disciples, il partit de là pour enseigner et proclamer la Parole dans les villes du pays. (Mt 10, 34 – 11, 1)

Homélie

À notre époque des conflits existent toujours dans le monde : Syrie, Irak, … Comme Jésus nous y invite, soyons un artisan  de Paix dans notre milieu de vie : « Heureux ceux qui procurent la paix, car ils seront appelés fils de Dieu ! » (Mt 5, 9) . Comment le devenir ?

 » Je ne suis pas venu apporter la paix sur terre,  mais le glaive «  (Mt 10, 34)  Ce verset de l’Évangile est bien souvent employé par bien des gens aigris pour donner un vernis de noblesse à leurs paroles et leurs gestes désagréables. Nonante-cinq pour cents des paroles de Jésus et de ses actes sont des gestes de réconciliation, des gestes d’accueil positif et d’encouragement pour ce qu’il y a de meilleur dans la personne qu’il rencontre.

Jésus eut quelques paroles dures contre les intégristes de son époque, et un seul geste violent contre les étals des marchands  installés  sur l’esplanade du Temple à Jérusalem. Ces paroles et ce geste sont très mesurés par rapport à la violence que lui-même, Jésus subissait de la part de ces extrémistes (chassé de sa ville natale, sans cesse agressé verbalement et physiquement, puis torturé et exécuté)

Cet extrait de l’évangile ne peut utilisé pour justifier nos attitudes lorsque nous sommes exagérément désagréables et encore moins violents contre les autres. Il peut arriver que cela soit nécessaire, malheureusement. Si nous constatons que nous  sommes trop souvent violent, que ce soit contre les autres, contre la société, contre la vie ou contre nous-mêmes, c’est urgent de faire la paix en nous-mêmes.

« Heureux les artisans de paix, car ils seront appelés enfants de Dieu ! «  (Mt 5,9)? Cette exclamation montre que travailler pour la paix est un des attributs fondamentaux de Dieu lui-même, et donc qu’il travaille à la paix comme un artisan, avec habileté et passion.

 Jésus souhaite que nous comprenions bien ce qu’il apporte, afin de nous en saisir, de ne pas passer à côté, mais de nous  ouvrir chaque jour un peu davantage. Comment  Jésus répond-il à cette attente légitime que nous avons d’un monde qui aille bien ?

« Vous recevrez une puissance, le Saint-Esprit survenant sur vous, et vous serez mes témoins… jusqu’aux extrémités de la terre.  » (Ac. 1, 8). Jésus nous donne l’outil qui nous permettra d’être des artisans de paix à l’image de Dieu : un glaive, une épée de guerrier à double tranchant. Cela ne nous invite pas à vivre dans la violence. Cependant,  cela évoque quand même une action déterminée.

Mais laquelle ? Dans la Bible, l’image du glaive évoque la Parole de Dieu. Ce glaive, c’est celui de l’Esprit Saint, puissance active de Dieu en nous, puissance créatrice. Mais pourquoi parler d’un glaive et non tout simplement de la Parole de Dieu ? Parce qu’il y aurait encore des gens pour se dire que ce qu’il faut saisir est seulement de l’ordre d’une connaissance que le Christ nous révèlerait.

  Souvent nous nous trouvons dans des situations où le bien et le mal sont mêlés dans les événements, dans les personnes, dans nos sentiments, et où toutes les solutions qui s’offrent à nous mêlent le bien et le mal. Et c’est précisément là que se trouve l’obstacle à une paix concrète et bien réelle.

« Je suis venu mettre la division  entre l’homme et son père «  (Mt 10, 35)  Séparer le père du fils, c’est essentiel dans les relations entre parents et enfants mais aussi dans les rapports entre le maître et le disciple.  Jésus nous invite à distinguer Dieu, le Père, de nous-mêmes qui ne sommes que des fils et des filles de ce Père (de cette Mère). Et ainsi, la paix avec les autres deviendra un peu plus facile à faire quand nous ne nous prenons pas pour Dieu et que nous ne confondons pas notre notion de la vérité avec Dieu lui-même.

 Séparer le père du fils, c’est distinguer entre l’arbre et le fruit.C’est ce que l’Évangile nous propose de faire en accueillant le Christ dans notre être, en l’aimant plus que tout, plus que père et mère, plus que fils et fille, plus même que sa propre vie. Cette parole est le secret d’une Paix avec les autres : il faut aimer l’arbre pour pouvoir bientôt goûter le fruit.

Il y a dans notre Père qui est aux cieux une source qui permet même d’aimer son ennemi, nous dit Jésus (Mt 5,43-45) : c’est cela qui peut nous permettre d’accepter que l’autre existe bien qu’il soit différent de nous, et qu’il ne soit pas à notre idée. Amen

Michel Houyoux, diacre permanent

Compléments

◊ Soyons bon jusqu’au fond de l’être → Prendrais-je donc plaisir à la mort du méchant ? (Ez 18, 21-28)

◊ Fêté  le 15 juillet : cliquez ici pour lire l’article → Giovanni da Fidanza (1221-1274) : saint Bonaventure (Mémoire)

Liens externes

◊ Entretiens chrétiens  : cliquez ici pour lire l’article → Je suis venu apporter l’épée  (Mt 10, 34-36)

Je ne suis pas venu apporter la paix sur terre, mais… mais quoi ?

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Catéchèse, Enseignement, Religion, Temps ordinaire | Pas de Commentaires »

Vous avez reçu gratuitement : donnez gratuitement

Posté par diaconos le 11 juillet 2019

Jeudi 11 juillet 2019

Vous avez reçu gratuitement : donnez gratuitement

150  Vous avez reçu gratuitement,  donnez gratuitementÉvangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu

En ce temps-là, Jésus disait à ses Apôtres :  » Sur votre route, proclamez que le royaume des Cieux est tout proche. Guérissez les  malades, ressuscitez les morts, purifiez les lépreux, expulsez les démons. Vous avez reçu gratuitement : donnez gratuitement. Ne vous procurez ni or ni argent, ni monnaie de cuivre à mettre dans vos ceintures, ni sac pour la route, ni tunique de rechange, ni sandales, ni bâton.

L’ouvrier, en effet, mérite sa nourriture. Dans chaque ville ou village où vous entrerez, informez-vous pour savoir qui est digne de vous accueillir, et restez là jusqu’à votre départ. En entrant dans la maison, saluez ceux qui l’habitent. Si cette maison en est digne, que votre paix vienne sur elle.

Si elle n’en est pas digne, que votre paix retourne vers vous. Si l’on ne vous accueille pas et si l’on n’écoute pas vos paroles, sortez de cette maison ou de cette ville, et secouez la poussière de vos pieds. Amen, je vous le dis : au jour du Jugement, le pays de Sodome et de Gomorrhe sera traité moins sévèrement que cette ville. » (Mt 10, 7-15)

Homélie

« Vous avez reçu gratuitement, donnez gratuitement » – Nous sommes invités à transmettre ce message de Jésus. Donnons gratuitement en réveillant la foi et l’espérance chez les personnes abattues. Efforçons nous chaque jour  d’être fidèle, de vivre avec cohérence notre foi, d’être un témoin de Jésus ressuscité.

Demande à Jésus de t’accorder la grâce de la générosité afin de laisser de côté ton égoïsme et a vanité, et de prendre ta croix à pleines mains.

Recevoir et donner, recevoir pour mieux donner, en toute gratuité, là est toute l’essence de l’amour. Dans la gratuité, donner et recevoir, telles sont les deux faces d’un même amour. Nous savons tous ce qu’est donner gratuitement : donner sans l’espoir d’un quelconque retour, sans créer d’obligation chez celui qui est l’objet de notre amour.

Dans ce passage de l’Évangile de Matthieu, Jésus demanda à ses disciples de proclamer que le Royaume des cieux est proche. Jésus proclama l’existence du Royaume de Dieu. Et Il vient dans le cœur des gens qui veulent bien le recevoir. Jésus est venu pour nous sauver tous.

Le Royaume des cieux est proche, proche car Jésus  se rendit peu de temps après le passage des disciples, dans les villages où ils se rendirent. Le Royaume des cieux est le Royaume de Dieu. Jésus, né de la Vierge Marie, le fils de Dieu, en se faisant homme, est Dieu qui se rapproche de nous.

L’annonce que le Royaume est proche est une invitation à choisir si nous voulons y avoir accès ou non; Dieu nous a créé libres et par conséquence, nous pouvons refuser de faire partie de ce Royaume, comme le proposent ces paroles de Jésus : « Si l’on ne vous accueille pas et si l’on n’écoute pas vos paroles, sortez de cette maison ou de cette ville, et secouez la poussière de vos pieds. « 

Jésus demanda également à ses disciples d’annoncer le Royaume par signes. Il leur donna les pouvoir de guérir, de chasser les démons. Signes que savent reconnaître les personnes qui veulent bien les accueillir, en y voyant une indication de la présence de Dieu.

Seul Dieu donne la vraie joie et la véritable paix. Dès lors, il est inutile de faire de provisions pour aller dans le Royaume des cieux. L’or, l’argent, les sacs, les tuniques, les sandales, les bâtons… ne sont pas utiles pour entrer dans le Royaume des cieux : le Royaume de Dieu, nous le recevons, nous l’accueillons, comme nous accueillons Jésus dans notre vie.

Prions

Seigneur, aide-moi à t’accueillir dans mon cœur ! Viens en moi, et soit le Roi de mon cœur ! Ne permets pas que ma vie se passe sans que je te rencontre. Aide-moi aussi à être un signe du Royaume de Dieu là où je vit.

Complément

◊ Catéchèse   : cliquez ici pour lire l’article →  L’envoi en mission (Mc 6, 7-13)

 Liens externes

◊ Paroles de Vie : cliquez ici pour lire l’article →   Vous avez reçu gratuitement, donnez gratuitement

◊ Le monde vu de Rome : cliquez ici pour lire l’article → Donnez gratuitement ce que vous avez reçu gratuitement

Homélie du P. Paul BALASSA

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Catéchèse, Disciples de Jésus, Enseignement, Homélies, Page jeunesse, Paroisses, Religion, Temps ordinaire | 1 Commentaire »

14ème dimanche du Temps Ordinaire — Année C

Posté par diaconos le 4 juillet 2019

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

chacun des 12 apôtres était responsable de la formation des disciples. Ainsi, on se serait trouvé en présence de 12 groupes de 6 disciples, chaque groupe ayant à sa tête un apôtre formateur. Ces douze groupes de formation évangélique auraient donc été formés chacun de sept membres pour un total de 84, soit 72 disciples plus 12 apôtres.

Chacun des douze apôtres était responsable de la formation des disciples. Ainsi, on se serait trouvé en présence de douze groupes de six disciples, chaque groupe ayant à sa tête un apôtre formateur. Ces douze groupes de formation évangélique auraient donc été formés chacun de sept membres pour un total de quatre-vingt quatre  84, soit septante deux disciples plus 12 apôtres.douze apôtres.

En ce temps-là, parmi les disciples, le Seigneur en désigna encore 72, et il les envoya deux par deux, en avant de lui, en toute ville et localité où lui-même allait se rendre.

Il leur dit : «   La moisson est abondante, mais les ouvriers sont peu nombreux. Priez donc le maître de la moisson d’envoyer des ouvriers pour sa moisson.

Allez ! Voici que je vous envoie comme des agneaux au milieu des loups. Ne portez ni bourse, ni sac, ni sandales, et ne saluez personne en chemin.

Mais dans toute maison où vous entrerez, dites d’abord : ‘Paix à cette maison.’ S’il y a là un ami de la paix, votre paix ira reposer sur lui ; sinon, elle reviendra sur vous.

Restez dans cette maison, mangeant et buvant ce que l’on vous sert ; car l’ouvrier mérite son salaire. Ne passez pas de maison en maison.

Dans toute ville où vous entrerez et où vous serez accueillis, mangez ce qui vous est présenté.

Guérissez les malades qui s’y trouvent et dites-leur : ‘Le règne de Dieu s’est approché de vous.’ « 

Mais dans toute ville où vous entrerez et où vous ne serez pas accueillis, allez sur les places et dites : ‘Même la poussière de votre ville, collée à nos pieds, nous l’enlevons pour vous la laisser. Toutefois, sachez-le : le règne de Dieu s’est approché.’ Je vous le déclare : au dernier jour, Sodome sera mieux traitée que cette ville. « 

Les 72 disciples revinrent tout joyeux, en disant :  » Seigneur, même les démons nous sont soumis en ton nom.  » Jésus leur dit :  » Je regardais Satan tomber du ciel comme l’éclair. Voici que je vous ai donné le pouvoir  d’écraser serpents et scorpions, et sur toute la puissance de l’Ennemi : absolument rien ne pourra vous nuire.

Toutefois, ne vous réjouissez pas parce que les esprits vous sont soumis ; mais réjouissez-vous parce que vos noms se trouvent inscrits dans les cieux. «  (Lc 10, 1-12.17-20)

Compléments

Homélie  : cliquez ici pour télécharger ou lire l’article →  Témoins du Christ

◊ La moisson est grande et les ouvriers sont peu nombreux : cliquez ici pour lire l’article →   Envoyés en mission

◊ Ôtez de ma vue vos actions mauvaises  : cliquez ici pour lire l’article → Apprenez à faire le bien : recherchez le droit 

◊  Le jour où Loth sortit de Sodome, Dieu fit tomber du ciel une pluie de feu → Qui cherchera à conserver sa vie la perdra

Liens externes

◊ Père Gilbert Adam  : cliquez ici pour lire l’article →  14e dimanche du temps ordinaire, année C

◊ Dominique Charles, o.p. : cliquez ici pour lire l’article → Comme des agneaux au milieu des loups

Les disciples : des agneaux au milieu des loups ?

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Catéchèse, Disciples de Jésus, Enseignement, Homélies, Page jeunesse, Paroisses, Religion, Rencontrer Dieu, Temps ordinaire | Pas de Commentaires »

Vous donc, priez ainsi (Mt 6, 7-15)

Posté par diaconos le 20 juin 2019

Jeudi 20 juin 2019

Le retour de l’enfant prodigue, par Joseph Kastner, église d’Erloserkirche, Vienne

Le retour de l’enfant prodigue, par Joseph Kastner, église d’Erloserkirche, Vienne

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples :  » Lorsque vous priez, ne rabâchez pas comme les païens : ils s’imaginent qu’à force de paroles ils seront exaucés. Ne les imitez donc pas, car votre Père sait de quoi vous avez besoin, avant même que vous l’ayez demandé. Vous donc, priez ainsi : Notre Père, qui es aux cieux, que ton nom soit sanctifié, que ton règne vienne, que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel. Donne-nous aujourd’hui notre pain de ce jour. Remets-nous nos dettes, comme nous-mêmes nous remettons leurs dettes à nos débiteurs.
Et ne nous laisse pas entrer en tentation, mais délivre-nous du Mal. Car, si vous pardonnez aux hommes leurs fautes, votre Père céleste vous pardonnera aussi. Mais si vous ne pardonnez pas aux hommes, votre Père non plus ne pardonnera pas vos fautes. »  (Mt 6, 7-15)

Homélie

Jamais aucun Maître n’avait osé inviter à une telle intimité avec Dieu. Et comment aurait-il pu le faire :  » Nul ne connaît le Père si ce n’est le Fils » (Mt 11, 27)  Seul Jésus est habilité à nous parler de Celui qui l’a désigné comme étant son Fils bien-aimé et nous a intimé l’ordre de l’écouter (Mt 17, 6).

Dieu est  un Père de famille, présent et agissant au milieu de ses enfants, s’intéressant à tout ce qu’ils font et connaissant leurs moindres besoins.  Inutile de chercher à l’amadouer ou à gagner sa bienveillance : elle nous est depuis toujours et définitivement acquise. Aussi notre prière  consistera à nous ouvrir à Dieu, car il sait mieux que nous ce qui nous convient.

 C’est pourquoi la prière enseignée à ses disciples commence par ces mots :  » Notre Père », qui résument notre besoin le plus urgent. Nous avons en effet vitalement besoin de la paternité divine, et toute notre prière se déploiera  comme l’explicitation d’une seule requête : que Dieu soit notre Père nous aide à accueillir sa paternité ; c’est-à-dire : que « la Parole qui sort de sa bouche accomplisse sa mission.

D’où la demande :  » Que ton nom soit sanctifié », c’est-à-dire respecté comme unique, incomparable, car il n’y a qu’un seul Dieu et Père à qui reviennent tout honneur et toute gloire.   » Que ton Règne vienne  » : règne de justice et de paix, dans un univers réconcilié où tous les hommes sont frères.   » Que ta volonté soit faite « : qu’elle réalise ton dessein d’amour malgré nos aveuglements, nos résistances, nos refus. Que nourris de cette Parole comme d’un pain quotidien, nous puissions accueillir toujours plus profondément ta miséricorde et la partager avec la même surabondante générosité, car il n’aura pas de part avec Jésus dans le Royaume à toute personne celui qui aura refusé de pardonner à ceux qui l’auront offencée

« Mais délivre-nous du mal », qui aujourd’hui comme hier tente de défigurer en nous ta paternité afin de nous enfermer dans la peur et de nous faire fuir loin de ta face.  Sois plus fort que notre malice et ne nous laisse pas succomber à la tentation  du reniement. Ne permets pas que nous nous détournions de toi en abandonnant ton fils Jésus, que tu as envoyé pour nous révéler ton visage, et ouvrir devant nous le chemin de la vie filiale.

 Répands sur nous ton Esprit, afin que nous t’appelions   « Père ! « , et que nous exaltions tous ensemble ton Nom,  toi qui en Jésus te fais  proche du cœur brisé et sauve l’esprit abattu.

Compléments

◊ Comment faut-il prier ? : cliquez ici pour lire l’article → Catéchèse sur la prière

◊ La charité couvre une multitude de péchés  : cliquez ici pour lire l’article → Soyez miséricordieux

Liens externes

◊ Regnum Christi    : cliquez ici pour lire l’article → Vous donc, priez ainsi

Prédication : Jean Calvin et la prière :  quand vous priez, dites « Notre Père… »

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Catéchèse, Enseignement, homélies particulières, Page jeunesse, Prières, Religion, Temps ordinaire | 1 Commentaire »

12345...63
 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS