• Accueil
  • > Recherche : parabole veuve du juge

Résultats de votre recherche

Vingt-neuvième dimanche du temps ordinaire de l’année C

Posté par diaconos le 15 octobre 2013

Vingt-neuvième dimanche du temps ordinaire de l'année C dans La messe du dimanche un-juge-sans-coeur-240x300

XXIX DOMENICA DEL TEMPO ORDINARIO (ANNO C) -http://www.qumran2.net/

Bonjour  chers amis et chères amies dans le Christ

Insister auprès de Dieu, même au risque de l’importuner, pour qu’il exauce nos prières, Insister auprès de nos frères et sœurs quand il s’agit de leur faire entendre la Bonne Nouvelle : telle est la consigne qui se dégage des textes bibliques retenus pour la messe de ce dimanche.

La prière n’est pas vaine, nous pouvons même l’entacher d’une certaine insistance. Comme un enfant  qui, par moments, casse les pieds à ses parents, nous pouvons aussi  oser « casser les pieds à Dieu ». Autrement dit : ne craignons pas de persévérer ! Crions vers le Seigneur car de lui vient notre secours.

Voici les lectures pour dimanche prochain ainsi que quelques commentaires. Et en annexe à ce courriel, mon homélie que je vous offre ainsi que quelques autres articles de mon site en rapport avec la liturgie de dimanche prochain.

Vous trouverez aussi dans cette annexe quelques idées pour  vous aider dans votre  questionnement sur le  « Comment parler de Dieu avec  mon enfant ? ».   Ces notes peuvent évidemment aussi être utiles  pour faire  la catéchèse en famille et à l’école.

Recevez chers amis et chères amies mes salutations amicales et fraternelles.

Michel Houyoux, diacre permanent

La première lecture est extraite du livre de l’Exode au chapitre douze

Commentaire : La figure de MOÏSE, les bras soutenus par ses compagnons, est l’image de celui qui prie pour son peuple. Jésus sur la Croix, étendra les bras pour la réconciliation de tous les hommes. Prier les bras levés vers le ciel donne de l’intensité à notre prière…

Extrait du  livre de l’Exode (Ex 17, 8-13)

Le peuple d’Israël marchait à travers le désert. Les Amalécites survinrent et attaquèrent Israël à Rephidim. Moïse dit alors à Josué : « Choisis des hommes, et va combattre les Amalécites. Moi, demain, je me tiendrai sur le sommet de la colline, le bâton de Dieu à la main. » Josué fit ce que Moïse avait dit : il livra bataille aux Amalécites. Moïse, Aaron et Hour étaient montés au sommet de la colline.

Quand Moïse tenait la main levée, Israël était le plus fort. Quand il la laissait retomber, Amalec était le plus fort. Mais les mains de Moïse s’alourdissaient ; on prit une pierre, on la plaça derrière lui, et il s’assit dessus. Aaron et Hour lui soutenaient les mains, l’un d’un côté, l’autre de l’autre. Ainsi les mains de Moïse demeurèrent levées jusqu’au coucher du soleil.
Et Josué triompha des Amalécites au tranchant de l’épée.

« Copyright AELF – Paris – 1980 – Tous droits réservés ».

Psaume 120

Commentaire : les yeux levés en quête du secours : viendra-t-il ? Non, le Seigneur ne dort pas malgré les apparences. Dieu ne baisse pas les bras ! Avec le psalmiste, célébrons le Seigneur qui nous garde à chaque instant sur la route de la vie.

R/ Notre secours, c’est Dieu, le Maître du monde !

Je lève les yeux vers les montagnes : d’où le secours me viendra-t-il ? Le secours me viendra du Seigneur qui a fait le ciel et la terre.

Qu’il empêche ton pied de glisser, qu’il ne dorme pas, ton gardien. Non, il ne dort pas, ne sommeille pas, le gardien d’Israël.

Le Seigneur, ton gardien, le Seigneur, ton ombrage, se tient près de toi. Le soleil, pendant le jour, ne pourra te frapper, ni la lune, durant la nuit.

Le Seigneur te gardera de tout mal, il gardera ta vie. Le Seigneur te gardera, au départ et au retour, maintenant, à jamais.

« Copyright AELF – Paris – 1980 – Tous droits réservés ».

La deuxième lecture est tirée de la deuxième lettre de Paul à Timothée.

Commentaire : l’apôtre Paul demande à son disciple Timothée de se nourrir de la Parole. Si la Parole est utile pour préparer le Témoignage, les textes sacrés le sont aussi pour la Prière car ils ont le pouvoir de nous communiquer la Sagesse… À partir de là il devient possible d’aider les autres avec une grande patience et le souci d’instruire et de se conformer à la Parole de Dieu…

Lecture de la seconde lettre de saint Paul Apôtre à Timothée (2 Tm 2, 8-13)

Fils bien-aimé, tu dois en rester à ce qu’on t’a enseigné : tu l’as reconnu comme vrai, sachant bien quels sont les maîtres qui te l’ont enseigné.

Depuis ton plus jeune âge, tu connais les textes sacrés : ils ont le pouvoir de te communiquer la sagesse, celle qui conduit au salut par la foi que nous avons en Jésus Christ.

Tous les textes de l’Écriture sont inspirés par Dieu ; celle-ci est utile pour enseigner, dénoncer le mal, redresser, éduquer dans la justice ; grâce à elle, l’homme de Dieu sera bien armé, il sera pourvu de tout ce qu’il faut pour faire un bon travail.

Devant Dieu, et devant le Christ Jésus qui doit juger les vivants et les morts, je te le demande solennellement, au nom de sa manifestation et de son Règne : proclame la Parole, interviens à temps et à contretemps, dénonce le mal, fais des reproches, encourage, mais avec une grande patience et avec le souci d’instruire.

« Copyright AELF – Paris – 1980 – Tous droits réservés ».

Extrait de l’Évangile selon saint Luc au chapitre dix-sept (Lc 17, 12-13)

Commentaire : ici Jésus nous révèle les aspects essentiels de la prière chrétienne. Il le fait par des exemples tirés de la vie courante et de la révélation entre les gens. La persévérance dans la FOI vient à bout de tout.

Cette femme de la parabole est sûre de son droit et elle ne cesse d’insister. Et ce juge,  qui avoue n’avoir aucune crainte de Dieu,  se laisse gagner à plaider sa juste cause. Et Jésus conclut en mettant en parallèle la bonté du Père des cieux et l’iniquité de ce juge, nous disant que le Père qui nous aime infiniment nous donnera ce que nous demandons de la meilleure manière qui convient à notre avancement spirituel.

Jésus dit une parabole pour montrer à ses disciples qu’il faut toujours prier sans se décourager :
« Il y avait dans une ville un juge qui ne respectait pas Dieu et se moquait des hommes. Dans cette même ville, il y avait une veuve qui venait lui demander : ‘Rends-moi justice contre mon adversaire.’
Longtemps il refusa ; puis il se dit : ‘Je ne respecte pas Dieu, et je me moque des hommes, mais cette femme commence à m’ennuyer : je vais lui rendre justice pour qu’elle ne vienne plus sans cesse me casser la tête.’ »

Le Seigneur ajouta : « Écoutez bien ce que dit ce juge sans justice !

Dieu ne fera-t-il pas justice à ses élus, qui crient vers lui jour et nuit ? Est-ce qu’il les fait attendre ?  ?

Je vous le déclare : sans tarder, il leur fera justice. Mais le Fils de l’homme, quand il viendra, trouvera-t-il la foi sur terre ? »

« Copyright AELF – Paris – 1980 – Tous droits réservés ».

Annexes

Homélie pour dimanche prochain 

Cliquez ici Il faut prier sans cesse et sans se décourager ! (Lc 18, 1-8)

Catéchèse →  Le Fils de l’homme, quand il viendra, trouvera-t-il la foi sur terre ? (Lc 18, 1-8)

 

Liens externes

◊ Homélie du diacre  Patrick Douez→ Un juge sans justice

◊ Liturgie avec des enfants →  Prier sans se décourager

◊ Catéchèse de l’église catholique de Bruxelles → Prier en tout temps et ne pas se  décourager

Video : Persévérer dans la prière

Image de prévisualisation YouTube

Bonjour  chers amis et chères amies dans le Christ Insister auprès de Dieu, même au risque de l’importuner, pour qu’il exauce nos prières, Insister auprès de nos frères et sœurs quand il ..." onclick="window.open(this.href);return false;" >

Publié dans La messe du dimanche, Temps ordinaire | Pas de Commentaires »

.Vingt-sixième dimanche du temps ordinaire de l’année C

Posté par diaconos le 29 septembre 2013

.Vingt-sixième dimanche du temps ordinaire de l'année C dans La messe du dimanche le-pauvre-lazare-286x300

Sur ce fond de disparités sociales, la parabole de l’évangile de ce dimanche annonce un renversement de situation dans l’au-delà. Cette révélation mérite toute notre attention : ce que nous vivons aujourd’hui aura un retentissement éternel. La parabole de l’Évangile met en scène un riche qui se goinfre, vautré dans son bien-être et en face de lui un malheureux dans un état de délabrement extrême. Ce riche ne voit pas le pauvre, il ne lui prête aucune attention ; il l’ignore purement et simplement comme s’il n’existait pas. Il n’a pas voulu le regardé, ni lui apporté secours ; donc il n’a pas aimé et le comble dans cette parabole, c’est que c’est le chien qui voit le pauvre puisqu’il lèche ses plaies ! /(Lc 16, 19-31)

Tous, nous aspirons au bien-être, à une certaine richesse qui nous permette de vivre sans souci. Mais la vraie richesse, c’est celle du cœur, celle qui nous fait devenir collaborateurs de Dieu face aux opprimés, aux affamés, aux accablés de toute sorte. Le monde n’est pas fait de riches et de pauvres, mais de ceux et de celles qui savent ou refusent de partager.

Aujourd’hui comme hier nous avons toujours à nous convertir : c’est là un beau programme pour la 26ième semaine du temps ordinaire et pour tout le reste de notre vie. Dans son livre, Amos explique que le malheur est engendré par l’égoisme et l’ignorance de la souffrance des autres (première lecture) et Jésus (Lc 16, 19-31) souligne le danger des plaisirs opulents et immédiats qui aveuglent bien des personnes.

Le véritable enjeu, c’est obtenir la vie éternelle. Pour obtenir la vie éternelle, il nous faut suivre les recommandations de l’apôtre Paul : « être juste et religieux, vivre dans la foi et l’amour, la persévérance et la douceur » (1 Th 6, 11) ; telle est la recette du bonheur, la plus grande richesse, le chemin de la vie.

Voici les lectures pour dimanche prochain, quelques commentaires et en annexe à ce courriel, les mots croisés du diacre Rioux ainsi que mon homélie que je vous offre.

Recevez chers amis et chères amies mes salutations amicales et fraternelles.

croix-diaconale vingt-sixième dimanche du temps ordinaire de l'année C dans Temps ordinaire

Michel Houyoux, diacre permanent

Source de l’image → Source de l’image : Hermanoleon Clipart     (Free christian cliparts reliogios)

—————————————————————————————————————– 

LAPREMIÈRE LECTURE EST TIRÉE DU LIVRE D’AMOS AU CHAPITRE 6, VERSETS 1 à 7  

Note 1 :  à l’époque d’Amos, au VIII° siècle av. J.-C., une paix provisoire règne dans le pays. Certains en profitent pour s’enrichir considérablement, au mépris de toute morale. Ils méprisent les pauvres et se moquent de Dieu. Dans cet extrait ,  le prophète Amos annonce  que Dieu ne tolèrera plus longtemps pareille situation. Il retirera sa protection et ce sera la chute du pays et de la royauté sous les coups de l’ennemi.

Note 2 : l’histoire nous apprend que cette confortable inconscience a été durement secouée quelques années plus tard, ils seront  déportés ; le cyclone, ce sera l’écroulement de toute cette société, l’écrasement par les Assyriens, la mort de beaucoup d’entre eux et la déportation de ceux qui restent…

Note 3 : Amos a prêché vers 780–750 av. J.C. Combien de temps ? On ne le sait pas. Il a sûrement été amené à dire des choses qui n’ont pas plu à tout le monde puisqu’il a fini par être expulsé sur dénonciation au roi.

Commentaire : le bonheur des hommes et des peuples passe inévitablement par la fidélité à l’Alliance avec Dieu ( justice sociale et confiance en Dieu). Si nous nous écartons de  cette ligne de conduite, tôt ou tard, nous serons perdus.

1 Malheur à ceux qui vivent bien tranquilles dans Jérusalem, et à ceux qui se croient en sécurité sur la montagne de Samarie. 4 Couchés sur des lits d’ivoire, vautrés sur leurs divans, ils mangent les meilleurs agneaux du troupeau, les veaux les plus tendres ; 5 ils improvisent au son de la harpe, ils inventent, comme David, des instruments de musique ; 6 ils boivent le vin à même les amphores, ils se frottent avec des parfums de luxe, mais ils ne se tourmentent guère du désastre d’Israël ! 7C‘est pourquoi maintenant ils vont être déportés, ils seront les premiers des déportés ; et la bande des vautrés n’existera plus.

-« Copyright AELF – Paris – 1980 – Tous droits réservés »

—————————————————————————————————————-

 PSAUME 146  

Commentaire :ce psaume (dix versets) chante les louanges de Dieu, créateur et rédempteur, libérateur et roi. C’est un hymne de louanges à Dieu infiniment bon. Il a été rédigé après l’exil.

7Le Seigneur fait justice aux opprimés, aux affamés, il donne le pain, le Seigneur délie les enchaînés.

8Le Seigneur ouvre les yeux des aveugles, le Seigneur redresse les accablés, le Seigneur aime les justes.

9 Le Seigneur protège l’étranger, il soutient la veuve et l’orphelin.

10 Le Seigneur est ton Dieu pour toujours.

« Copyright AELF – Paris – 1980 – Tous droits réservés »

LA DEUXIÈME LECTURE EST TIRÉE DE LA PREMIÈRE LETTRE DE L’APÔTRE PAUL À TIMOTHÉE AU CHAPITRE 6, VERSETS 11 À 16

Commentaire : cet extrait de la première lettre à Timothée est  une synthèse très  complète de tout ce qui fait la foi et la vie du chrétien. Dans ce texte, Paul rappelle trois fois quel est le but sur lequel nous devons toujours garder les yeux fixés.

11 Toi, l’homme de Dieu, cherche à être juste et religieux, vis dans la foi et l’amour, la persévérance et la douceur. 12 Continue à bien te battre pour la foi, et tu obtiendras la vie éternelle ;  c’est à elle que tu as été appelé, c’est pour elle que tu as été capable d’une si belle affirmation de ta foi devant de nombreux témoins. 13 Et maintenant, en présence de Dieu qui donne vie à toutes choses, et en présence du Christ Jésus qui a témoigné devant Ponce Pilate par une si belle affirmation, voici ce que je t’ordonne : 14 garde le commandement du Seigneur, en demeurant irréprochable et droit jusqu’au moment où se manifestera notre Seigneur Jésus-Christ. 15 Celui qui fera paraître le Christ au temps fixé, c’est le Souverain unique et bienheureux, le Roi des rois, le Seigneur des seigneurs, 16le seul qui possède l’immortalité, lui qui habite la lumière inaccessible, lui que personne n’a jamais vu, et que personne ne peut voir. A lui, honneur et puissance éternelle. Amen.

-« Copyright AELF – Paris – 1980 – Tous droits réservés »

—————————————————————————————————————–

DE L’ÉVANGILE DE LUC AU CHAPITRE 16, VERSETS 19 À 31

L’égoïsme des fortunés  creuse d’avantage le fossé entre riches et pauvres et si rien n’est fait, tous, nous connaîtrons des situations difficiles, y compris ces gens qui jonglent avec leur argent en bourse. Ce fossé se creusera aussi, comme dans la parabole, pour l’éternité, ne l’oublions pas ! Nous serons jugés avant tout sur nos fautes d’omission :  » J’avais faim et tu ne m’as pas donné à manger. « 

Écoutons les conseils du riche de l’Évangile qui nous crie :  » Ne faîtes pas comme moi  durant votre vie. Vous préparez votre place dans l’éternité. Des fautes vous en ferez encore et encore, mais n’oubliez pas que l’aumône couvre beaucoup de péchés et si vous n’êtes pas spontanément généreux, pensez, au moins, un peu à vous, à votre avenir éternel.

Copyright 2012 by the author and Südwestdeutscher Verlag für Hochschulschriften. All rights rerseved – Saarbrücken 2012  

  Auteur : cliquez ici →    Michel Houyoux    Source →     Rencontre avec la Parole de Vie / 978-3-8416-9800-1

Commentaire :    Dieu a un tel souci des pauvres, qu’il interviendra lui-même pour leur rendre justice, si les hommes se révèlent incapables d’établir une société de partage.

Ce riche de la parabole n’existe pas : il n’est qu’un personnage que Jésus a créé pour que son auditoire puisse s’identifier à lui. Certes, pour le personnage de la parabole c’est trop tard, mais il n’en va pas de même pour l’auditeur de Jésus. Cet auditeur est bien vivant (toi, moi, les membres de ta famille, les autres…) . À tout moment, nous pouvons ouvrir les yeux sur le pauvre qui est couché à notre porte. Personne ne nous  prévient ? Mais si ! Il y a l’Écriture, vivante Parole de Dieu. Elle est entièrement centrée sur l’amour de Dieu et du prochain. Il suffit de la lire, de la comprendre et de la mettre en pratique !

Le message que Jésus veut faire passer ici est important : Dieu a une telle sollicitude pour les pauvres qu’il ne peut supporter leur rejet par les hommes. Il vengera le pauvre, mais malheur au riche insensible ! C’est le seul exemple de damnation concrète , dans les évangiles, et il concerne le mauvais usage des biens.

Jésus disait cette parabole : 19« Il y avait un homme riche, qui portait des vêtements de luxe et faisait chaque jour des festins somptueux. 20 Un pauvre, nommé Lazare, était couché devant le portail, couvert de plaies. 21 Il aurait bien voulu se rassasier de ce qui tombait de la table du riche ; mais c’étaient plutôt les chiens qui venaient lécher ses plaies. 22 Or le pauvre mourut, et les anges l’emportèrent auprès d’Abraham. Le riche mourut aussi, et on l’enterra. 23 Au séjour des morts, il était en proie à la torture ; il leva les yeux et vit de loin Abraham avec Lazare tout près de lui. 24 Alors il cria : Abraham, mon père, prends pitié de moi et envoie Lazare tremper dans l’eau le bout de son doigt, pour me rafraîchir la langue, car je souffre terriblement dans cette fournaise. 25 – Mon enfant, répondit Abraham, rappelle-toi :
tu as reçu le bonheur pendant ta vie, et Lazare, le malheur. Maintenant il trouve ici la consolation, et toi, c’est ton tour de souffrir. 26 De plus, un grand abîme a été mis entre vous et nous, pour que ceux qui voudraient aller vers vous ne le puissent pas, et que, de là-bas non plus, on ne vienne pas vers nous. 27Le riche répliqua : Eh bien ! Père, je te prie d’envoyer Lazare dans la maison de mon père. 28J’ai cinq frères : qu’il les avertisse pour qu’ils ne viennent pas, eux aussi, dans ce lieu de torture ! 29 Abraham lui dit : Ils ont Moïse et les prophètes : qu’ils les écoutent ! 30- Non, père Abraham, dit le riche, mais si quelqu’un de chez les morts vient les trouver, ils se convertiront. 31 Abraham répondit : S’ils n’écoutent pas Moïse ni les prophètes, quelqu’un pourra bien ressusciter d’entre les morts : ils ne seront pas convaincus. »

« Copyright AELF – Paris – 1980 – Tous droits réservés »

Complément

◊  Catéchèse →  Le pauvre Lazare et le mauvais riche (Lc 16, 19-31)

Liens externes

◊ Églises en Cévennes  → LE MAUVAIS RICHE ET LE PAUVRE LAZARE

◊ Du site « Communautés et assemblées évangéliques de France → Lazare et le mauvais riche Luc 16.19-31

◊ Bible illustrée pour les enfants → Le pauvre Lazare sur le seuil du riche sans compassion

Vidéo

Image de prévisualisation YouTube

 

 

 

Publié dans La messe du dimanche, Temps ordinaire | Pas de Commentaires »

Vingt-deuxième dimanche du temps ordinaire de l’année C

Posté par diaconos le 30 août 2013

Comment se comporter en société ?

Bonjour, chers amis et chères amies dans le Christ,

Vingt-deuxième dimanche du temps ordinaire de l'année C dans La messe du dimanche prendre-la-derniere-place-229x300

Quand tu donnes un déjeuner ou un dîner, n'invite pas tes amis, ni tes frères, ni tes parents, ni de riches voisins ; sinon, eux aussi t'inviteraient en retour, et la politesse te serait rendue. Au contraire, quand tu donnes un festin, invite des pauvres, des estropiés, des boiteux, des aveugles ; et tu seras heureux, parce qu'ils n'ont rien à te rendre : cela te sera rendu à la résurrection des justes.

« Tous  les peuples, partagent un certain nombre de codes et de conventions qui règlent les comportements de chacun dans la vie en société. Ces codes forment ce qu’on appelle la politesse, le savoir vivre, les bonnes manières, ou encore l’étiquette. Ces codes de comportement facilitent les relations entre individus, ils contribuent à créer une harmonie sociale. Ils définissent également ce qui est attendu, permis ou interdit dans certaines situations, dictent les obligations de chacun envers la hiérarchie sociale, entre hommes et femmes (la galanterie). Souvent, ils permettent aussi de “situer” un individu par rapport à la norme : l’ignorance ou la connaissance de certains protocoles révèlent en effet un manque dans l’éducation, ou au contraire, des qualités. « 

La vie en société devient désagréable et pénible lorsque chacun cherche à s’imposer et à se faire valoir. Il existe de nombreux manuels de bonnes manières pour savoir comment bien organiser une fête, une réception, pour que chaque invité se trouve à l’aise à table et ne se sente pas blessé dans son honneur…

Dans l’Évangile de ce dimanche, Jésus nous donne des indications très précises  de protocole : «   Quand tu es invité à des noces, ne va pas te mettre à la première place, car on peut avoir invité quelqu’un de plus important que toi. Alors, celui qui vous a invités, toi et lui, viendrait te dire : ‘Cède-lui ta place’,et tu irais, plein de honte, prendre la dernière place.  » (Lc 14, 10a)

Dans cette page de l’Évangile selon Luc, Jésus ne se contente pas de nous apprendre comment se comporter en société ; Il nous invite à un exercice de lucidité sur nous-mêmes et à rejoindre le regard de Dieu sur nous et sur les autres. Lui seul est capable d’aimer chaque être humain tel qu’il est parce que lui seul nous regarde uniquement et toujours dana la lumière de son amour.

* Source de l’image → Hermanoleon Clipart – Free Cliparts religiosos

—————————————————————————————————————–

La première lecture est tirée du livre de l’Ecclésiastique au chapitre 3,17-18.20.28-29.

Commentaire : La sagesse est l’art de vivre, l’art et la manière d’être heureux ; et ce qui est valable pour les individus l’est tout autant pour le peuple dans son ensemble et pour l’humanité tout entière

Accomplis toute chose dans l’humilité, et tu seras aimé plus qu’un bienfaiteur. Plus tu es grand, plus il faut t’abaisser :tu trouveras grâce devant le Seigneur. Sa puissance est grande, et les humbles lui rendent gloire. La condition de l’orgueilleux est sans remède, car la racine du mal est en lui. L’homme sensé médite les maximes de la sagesse ;l’idéal du sage, c’est une oreille qui écoute.

« Copyright AELF – Paris – 1980 – Tous droits réservés ».

—————————————————————————————————————–

Psaume 68,4-5.6-7.10-11.

Commentaire : Avec le psalmiste, chantons notre Dieu qui prend le parti des humbles : l’orphelin, la veuve, l’isolé, le captif

Mais les justes sont en fête, ils exultent ; devant la face de Dieu ils dansent de joie.Chantez pour Dieu, jouez pour son nom, frayez la route à celui qui chevauche les nuées. Son nom est Le Seigneur ; dansez devant sa face.

Père des orphelins, défenseur des veuves, tel est Dieu dans sa sainte demeure. A l’isolé, Dieu accorde une maison ; aux captifs, il rend la liberté ; mais les rebelles vont habiter les lieux arides.

Tu répandais sur ton héritage une pluie généreuse, et quand il défaillait, toi, tu le soutenais. Sur les lieux où campait ton troupeau, tu le soutenais, Dieu qui es bon pour le pauvre.

« Copyright AELF – Paris – 1980 – Tous droits réservés ».

La deuxième lecture est tirée de la lettre aux Hébreux au chapitre 12,18-19.22-24.

Commentaire : La lettre aux Hébreux s’adresse à des Chrétiens d’origine juive ; son objectif est  de situer correctement la Nouvelle Alliance par rapport à la Première Alliance. Les baptisés sont établis dans une véritable relation d’intimité avec Dieu. Dans cet extrait, l’auteur décrit cette nouvelle expérience spirituelle comme l’entrée paisible dans un nouveau monde de beauté, de fête

Quand vous êtes venus vers Dieu, il n’y avait rien de matériel comme au Sinaï, pas de feu qui brûle, pas d’obscurité, de ténèbres, ni d’ouragan, pas de son de trompettes, pas de paroles prononcées par cette voix que les fils d’Israël demandèrent à ne plus entendre. Mais vous êtes venus vers la montagne de Sion et vers la cité du Dieu vivant, la Jérusalem céleste, vers des milliers d’anges en fête et vers l’assemblée des premiers-nés dont les noms sont inscrits dans les cieux. Vous êtes venus vers Dieu, le juge de tous les hommes, et vers les âmes des justes arrivés à la perfection. Vous êtes venus vers Jésus, le médiateur d’une Alliance nouvelle, et vers son sang répandu sur les hommes, son sang qui parle plus fort que celui d’Abel.

« Copyright AELF – Paris – 1980 – Tous droits réservés ».

De l’Évangile de Jésus-Christ selon  Luc au chapitre 14,1.7-14.

Commentaire : Dans l’Évangile de  Luc, on trouve souvent des scènes de repas : chez Simon le pharisien (7, 36) ; chez Marthe et Marie (10, 38) ; à nouveau chez un pharisien (11, 37) ; chez Zachée (19) ; le repas pascal (22).  Les conseils donnés par Jésus au cours du repas sur le choix des places et le choix des invités pourraient se limiter à des règles de bienséance et de philanthropie.  Mais le propos de Jésus va beaucoup plus loin : à la manière des prophètes, il cherche avec véhémence, à nous ouvrir les yeux avant qu’il ne soit trop tard ; trop de contentement de soi peut conduire à l’aveuglement. La conversion qui conduit au Royaume n’est possible que si l’homme se reconnaît faible devant Dieu. Ceux qui accueillent et respectent les humbles sans attendre de retour participeront avec eux, dit Jésus, à la résurrection promise.

Un jour de sabbat, Jésus était entré chez un chef des pharisiens pour y prendre son repas, et on l’observait. Remarquant que les invités choisissaient les premières places, il leur dit cette parabole :

« Quand tu es invité à des noces, ne va pas te mettre à la première place, car on peut avoir invité quelqu’un de plus important que toi. Alors, celui qui vous a invités, toi et lui, viendrait te dire : ‘Cède-lui ta place’, et tu irais, plein de honte, prendre la dernière place. Au contraire, quand tu es invité, va te mettre à la dernière place. Alors, quand viendra celui qui t’a invité, il te dira : ‘Mon ami, avance plus haut’, et ce sera pour toi un honneur aux yeux de tous ceux qui sont à table avec toi. Qui s’élève sera abaissé ; qui s’abaisse sera élevé. » Jésus disait aussi à celui qui l’avait invité : « Quand tu donnes un déjeuner ou un dîner, n’invite pas tes amis, ni tes frères, ni tes parents, ni de riches voisins ; sinon, eux aussi t’inviteraient en retour, et la politesse te serait rendue. Au contraire, quand tu donnes un festin, invite des pauvres, des estropiés, des boiteux, des aveugles ; et tu seras heureux, parce qu’ils n’ont rien à te rendre : cela te sera rendu à la résurrection des justes. »

« Copyright AELF – Paris – 1980 – Tous droits réservés »..

Complément

◊  Catéchèse →  Qui s’élève sera abaissé ; qui s’abaisse sera élevé. (Lc 14, 1a.7-14)

Liens externes

◊ Catéchèse → 22ième dimanche du temps ordinaire de l’année C

◊ Liturgie avec des enfants →  22° dimanche ordinaire

  Homélie du Père Jean Compazieu →   Prends la dernière place

croix-diaconale2 22ème dimanche du temps ordinaire de l'année C dans ParoissesRecevez chers amis et chères amies mes salutations amicales et fraternelles

Michel Houyoux, diacre permanent

Publié dans La messe du dimanche, Paroisses, Temps ordinaire | Pas de Commentaires »

Que vaut notre prière ?

Posté par diaconos le 3 février 2011

Extrait de l’évangile de Luc au chapitre dix-huit

01 Jésus dit encore une parabole pour montrer à ses disciples qu’il faut toujours prier sans se décourager :

02 « Il y avait dans une ville un juge qui ne respectait pas Dieu et se moquait des hommes.

03 Dans cette même ville, il y avait une veuve qui venait lui demander : ‘Rends-moi justice contre mon adversaire.’

04 Longtemps il refusa ; puis il se dit : ‘Je ne respecte pas Dieu, et je me moque des hommes, mais cette femme commence à m’ennuyer :

05 je vais lui rendre justice pour qu’elle ne vienne plus sans cesse me casser la tête.’ »

06 Le Seigneur ajouta : « Écoutez bien ce que dit ce juge sans justice !

07 Dieu ne fera-t-il pas justice à ses élus, qui crient vers lui jour et nuit ? Est-ce qu’il les fait attendre ?

08 Je vous le déclare : sans tarder, il leur fera justice. Mais le Fils de l’homme, quand il viendra, trouvera-t-il la foi sur terre ? »

 « Copyright AELF – Paris – 1980 – Tous droits réservés ».

Si la réclamation persistante de la veuve a eu le don d’exaspérer ce juge sans scrupules et de le décider à lui rendre justice, combien plus ta  prière persévérante aura t-elle   d’effet sur Dieu qui t’aime et qui veut te combler !

La prière de cette veuve devient un exemple de la prière chrétienne

« Priez sans cesse » (1 Th 5, 17) – « Vivez dans la prière et les supplications ; priez en tout temps dans l’Esprit, apportez-y une vigilance inlassable » (Ep 5, 20) Cette ardeur qui ne faiblit pas ne peut provenir que de l’amour. 

Prier est toujours possible en n’importe quel lieu. Il est possible de faire une fréquente et fervente prière dans son bureau ou dans sa chambre, en promenade ou même de la faire dans sa cuisine.

Prier est une nécessité vitale.

Voici un bel exemple de prières belles et simples, reçues par e-mail

belleprire.gif

Liens externes

◊  Belles prières simples : cliquez ici →   Spiritualité chrétienne

◊  Une liste de prières simples pour votre dévotion personnelle → Choix de prières

Publié dans Foi, Méditation, Prières, Rencontrer Dieu | Pas de Commentaires »

1234
 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS