• Accueil
  • > Recherche : parabole veuve du juge

Résultats de votre recherche

Le Fils de l’homme, quand il viendra, trouvera-t-il la foi sur terre ? (Lc 18, 1-8)

Posté par diaconos le 22 septembre 2010

De l’Évangile de Jésus Christ selon Luc  -Extrait du chapitre 18

01 Jésus dit encore une parabole pour montrer à ses disciples qu’il faut toujours prier sans se décourager : 02  » Il y avait dans une ville un juge qui ne respectait pas Dieu et se moquait des hommes. 03 Dans cette même ville, il y avait une veuve qui venait lui demander : ‘Rends-moi justice contre mon adversaire. 04 Longtemps il refusa ; puis il se dit : ‘Je ne respecte pas Dieu, et je me moque des hommes, mais cette femme commence à m’ennuyer : 05 je vais lui rendre justice pour qu’elle ne vienne plus sans cesse me casser la tête.’  » 06 Le Seigneur ajouta : « Écoutez bien ce que dit ce juge sans justice ! 07 Dieu ne fera-t-il pas justice à ses élus, qui crient vers lui jour et nuit ? Est-ce qu’il les fait attendre ? 08 Je vous le déclare : sans tarder, il leur fera justice. Mais le Fils de l’homme, quand il viendra, trouvera-t-il la foi sur terre ? « 

« Copyright AELF – Paris – 1980 – Tous droits réservés ». 

◊  ◊  ◊

Pour encourager ses disciples à prier avec persévérance, Jésus leur propose l’exemple d’une pauvre veuve qui, à force d’insistance, obtient justice d’un juge qui, ne craignant ni Dieu ni homme, lui fait droit par égoïsme et pour être délivré de son importunité. (versets 1 à 5)

Si la réclamation persistante de la pauvre veuve a eu comme conséquence d’exaspérer ce juge sans scrupules et de le décider de rendre enfin  justice, combien plus une prière persévérante aura-t-elle d’effet sur Dieu qui nous aime infiniment et qui veut nous combler !

Dis-moi pourquoi pries-tu ? Pries-tu pour changer Dieu ou pour que ta prière te transforme et t’aide à entrer avec  foi dans son dessein sur toi et sur les autres, lequel n’est pas toujours dans la ligne de ce que tu veux.

La perte du sens de la prière est le signe très clair  d’une diminution de foi qui justifie l’inquiétude de Jésus. La position des chrétiens dans le monde leur fait éprouver en tout temps ce pressant besoin de la prière ; sans elle chacun d’eux serait semblable à cette pauvre veuve, opprimée et destituée de toute protection. (verset 3)

080dweb.gif

La promesse de Dieu est certaine, infaillible. Auras-tu le courage de persévérer jusqu’à la fin en gardant la vraie foi qui seule peut te maintenir en communion avec Jésus Christ ?

  Ils prient avec joie et confiance et surtout ils persévèrent… 

 

maeccabanepriere2.jpg

Source de l’image : clique ici → Sites chrétiens pour enfant – La Maison Arc-en-Ciel

Prie avec foi, c’est à dire prie pour entrer dans les desseins de Dieu sur toi ;  prie pour te laisser transformer par lui et entrer ainsi dans la patience de Dieu vis à vis des autres et de toi-même.

Liens externes

◊  Liturgie de la Parole avec des enfants → Prie sans te décourager !

◊  Catéchèse pour tous : cliquez ici →  Prier en tout temps et ne pas se décourager

◊  Prier n’est pas une perte de temps : cliquez ici →    La prière augmente ma foi, mon espérance et mon amour. 

Publié dans Catéchèse, Enseignement, Temps ordinaire | Pas de Commentaires »

Il faut prier sans cesse et sans se décourager ! (Lc 18, 1-8)

Posté par diaconos le 20 septembre 2010

29ième dimanche du temps ordinaire de l’année C    

Lectures bibliques et commentaires →  Ex 17, 8-13  ;  Psaume 120 ; Tm. 3, 14-4,2  ;  Lc 18, 1-8

Il faut prier sans cesse et sans se décourager !

Prier sans se lasser, dans la foi et la confiance, est le thème central des textes de ce jour.  « Il faut prier sans cesse et sans se décourager » (Lc 18, 1b), nous dis-tu Seigneur. De la première lecture tirée du livre de l’Exode, retenons une leçon de persévérance et une certitude : Dieu ne sauve pas l’homme sans l’homme. La prière persévérante croise sans cesse la route de nos fidélités, petites ou grandes, et aussi de nos infidélités – subtiles ou sournoises. Mais elle demeure surtout le signe discret de notre désir de salut qui est en nous. Comme il est bon, Seigneur,  de savoir que tu comprends nos difficultés.

La parabole de ce dimanche nous montre de manière paradoxale, la récompense que Dieu  réserve à ceux et à celles qui s’abandonnent à lui. Nous avons deux personnages importants dans ce récit : d’une part un juge qui ne craint pas Dieu et n’a d’égards pour personne et d’autre part une veuve qui est faible, mais qui est convaincue de ses droits et est décidée, jusqu’au bout,  de les faire valoir. À la fin le juge donne à la veuve ce qu’elle demande, tout simplement pour qu’elle cesse de venir l’embêter. Nous avons dans la première lecture un autre exemple de prière constante et patiente : la prière  de Moïse. En plus de cette constance, Moïse et la veuve de l’Évangile ont autre chose en commun. Ils sont tous les deux du côté des faibles et des opprimés. La veuve, parce qu’elle en fait partie et Moïse parce qu’il appartient à un peuple d’opprimés. Dieu écoute toujours la prière de ces petits. Au contraire  de ce juge méchant et sans scrupule qui finit, par égoïsme, à céder à cette veuve, Dieu qui est infiniment bienveillant fera-t-il justice promptement à ceux et à celles  qui l’aiment  et qui crient vers lui.  C’est la prière persévérante qui est efficace.

À l’opposé de ce juge, Dieu est Père. C’est ainsi que Jésus nous l’a révélé et nous a appris à le prier. (Quand vous priez, dites Père) (Mt 6,9) La prière que Dieu exauce est la prière persévérante et entêtée  qui ne se départit jamais d’une assurance aimante : « Père, je t’aime assez pour croire que tu peux me donner ce que je demande, autrement mieux et plus peut-être que je ne te le demande, comme tu voudras et quand tu voudras dans ton amour infini »

 « Toute technique de prière est bonne quant elle met l’homme au contact de Dieu » (Docteur Carrel)

C’est par sa Parole dans la Bible, que Dieu nous enseigne, corrige nos erreurs et nous éduque dans la justice. La Bible est la nourriture qui entretient notre conversation avec Dieu  et fortifie notre foi. Les Écritures nous donnent la Sagesse et la méditation biblique est le meilleur moyen de faire mûrir la foi. (Deuxième lecture : Tm 3, 16-17)

« Le secours me viendra du Seigneur qui a fait le ciel et la terre » (Ps 120, 2) Croire en Dieu créateur du monde : c’est accepter sa parole, s’en nourrir et c’est surtout adhérer à sa personne.

En résumé      Il faut toujours prier sans se lasser avec patience dans la foi : « Mais le Fils de l’homme quand il viendra, trouvera-t-il la foi sur la terre ? »  (Lc 18, 8 )

Prière et vie chrétienne sont inséparables car il s’agit du même amour, le même amour pour tous les hommes, de cet amour dont Jésus nous a tant aimés. « Tout ce que vous demanderez au Père en mon nom, il vous l’accordera. Ce que je vous commande, c’est de vous aimer les uns les autres » (Jn 15, 16-17)

 lwf0004.gif Michel Houyoux, diacre permanent

Publié dans Homélies, Temps ordinaire | 1 Commentaire »

1234
 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS