• Accueil
  • > Recherche : prière carême

Résultats de votre recherche

Le Temps Ordinaire de l’Eglise

Posté par diaconos le 30 mai 2022

Afficher l’image source

Le temps ordinaire est la période de l’année liturgique de l’Église catholique et des autres Églises chrétiennes qui couvre la partie de l’année où il n’y a pas de temps forts : dans la forme ordinaire du rite romain, il va du lundi après le dimanche du Baptême du Seigneur jusqu’au début du Carême (qui commence avec le mercredi des Cendres), et reprend après la solennité de la Pentecôte pour atteindre le seuil du temps de l’Avent.

 La durée totale est de trente-trois semaines, réparties entre les deux périodes. Au cours des trois années A, BB et C, on lit respectivement l’Évangile selon Matthieu, l’Évangile selon Marc et l’Évangile *selon Luc. La première lecture est une leçon tirée de l’Ancien Testament, tandis que la deuxième lecture, l’Epître, propose une lecture  des lettres de Paul et des autres apôtres. La couleur liturgique utilisée dans les célébrations est le vert : c’est la couleur de la vie et du quotidien.

Avant la réforme liturgique qui a suivi le Concile Vatican II et dans la forme extraordinaire du rite romain, le temps annuel était composé de trois périodes : les dimanches après l’Épiphanie, le temps de la Septuagésime et les dimanches après la Pentecôte

                                                                                                                                                     Dans les archives 1604 articles à votre disposition

   La succession des dimanches ordinaires est une image du chemin de notre vie qui doit trouver sa voie dans la Parole de Dieu, dans la prière commune avec l’Église, dans l’unité avec le Christ à travers les sacrements.

                                                                                                   Visites au cours de ces derniers jours

                                                                                                                                                                                  Le 14 août 2022 : 380 visites

      Le 13 août 2022 : 352 visites

                                                                                                                                                                                   Le 12 août 2022 : 393 visites

                                                                                                                                                                                   Le 11 août 2022 : 350 visites

                                                                                                                                                                                  Le 10 août 2022 : 442 visites

                                                                                                                                                                                  Le 09 août 2022 : 432 visites

                                                                                                                                                                                 Le 08 août 2022 : 300 visite

                                       Pour trouver rapidement ce que vous cherchez, utilisez le moteur de recherche de mon blog, en haut dans la  colonne de  droite sous la photo.

Publications par La Croix du Salut  

   ◊ Sur Morebooks.fr - En stock

→ Rencontre avec la Parole de Vie (Esprit er Vie)

→  Rencontre avec la Parole de Vie (Source d’Amour)

→  Rencontre avec la Parole de Vie (Parole de Dieu)

- Rencontre avec la Parole de Vie : Les deux voies

Cliquez ici pour entrer

Image associée

Blog du Diacre Michel Houyoux » Temps ordinaire

Publié dans | 48 Commentaires »

Jeudi Saint

Posté par diaconos le 14 avril 2022

Jeudi Saint dans Carême

Institution de l’Eucharistie

De l’Évangile de Jésus Christ selon Luc

En ce temps-là, Jésus vint à Nazareth, où il avait été élevé. Selon son habitude, il entra dans la synagogue le jour du sabbat, et il se leva pour faire la lecture. On lui remit le livre du prophète Isaïe. Il ouvrit le livre et trouva le passage où il est écrit : « L’Esprit du Seigneur est sur moi parce que le Seigneur m’a consacré par l’onction.

Il m’a envoyé porter la Bonne Nouvelle aux pauvres, annoncer aux captifs leur libération, et aux aveugles qu’ils retrouveront la vue, remettre en liberté les opprimés, annoncer une année favorable accordée par le Seigneur. »

Jésus referma le livre, le rendit au servant et s’assit. Tous, dans la synagogue, avaient les yeux fixés sur lui. Alors il se mit à leur dire : « Aujourd’hui s’accomplit ce passage de l’Écriture que vous venez d’entendre. » (Lc 4, 16-21)

L’Esprit du Seigneur est sur moi ; il m’a consacré par l’onction

# Le Triduum pascal est une période de trois jours pendant laquelle l’Église célèbre la Passion, la Mort et la Résurrection de Jésus et qui s’étend de la messe vespérale du Jeudi saint aux vêpres du dimanche de Pâques. La messe vespérale du Jeudi saint commémore le dernier repas que Jésus prit avec ses disciples, lors duquel il instaura l’Eucharistie et il leur lava les pieds. On ne célèbre pas de messe le Vendredi saint, mais vers trois heures de l’après-midi, on commémore la Passion. On commence avec la liturgie de la Parole, qui comprend des lectures d’Isaïe, du Psaume 30(31) et de la Lettre aux Hébreux et le récit de la Passion selon Jean suivis par une Prière universelle plus longue que l’habituelle.

La seconde partie est la vénération de la Croix. La troisième, la communion donnée avec des hosties qui ont été consacrées le Jeudi saint. Après la messe, transfert du Saint-Sacrement au reposoir. La célébration de la Passion du Seigneur débute par l’arrivée du clergé en silence, par un moment de prière en silence sans salutation d’accueil, et par la prière d’ouverture sans Oremus, et se conclut par l’envoi en forme d’une prière précédée par « Inclinez-vous pour la bénédiction » et par le départ du clergé en silence après avoir fait une génuflexion à la croix.

Jeudi Saint : fête de l’Eucharistie

 Jésus  montra, en se levant, son intention de lire et de parler. À l’ordinaire, c’était le président de la synagogue qui invitait à remplir cette fonction à quelqu’un des assistants qu’il y croyait propre  : « Après la lecture de la Loi et des Prophètes, les chefs de la synagogue leur envoyèrent dire : « Frères, si vous avez une parole d’exhortation pour le peuple, parlez. » Paul se leva, fit un signe de la main et dit : « Israélites, et vous aussi qui craignez Dieu, écoutez » (Ac 13, 15-16)  ; mais Jésus, plein du sentiment de sa vocation sainte, s’offrit lui-même à prendre la parole, qui lui fut aussitôt accordée.

Il y avait deux portions des saintes Écritures fixées pour chaque jour : l’une tirée de la loi (parasche), l’autre des prophètes (haphthare). On remit à Jésus le livre du prophète Ésaïe à Jésus pour la lecture.  Le texte à lire était lu dans les synagogues à la fête des expiations (septembre). Mais ce passage se présenta providentiellement à Jésus en déroulant le livre.

Publié dans Carême, Catéchèse, fêtes religieuses, Page jeunesse, Religion, Semaine Sainte | Pas de Commentaires »

Samedi de la troisième semaine du Carême de l’année C

Posté par diaconos le 26 mars 2022

 Afficher l’image source

 

De l’Évangile de Jésus Christ selon Luc

En ce temps là à l’adresse de certains qui étaient convaincus d’être justes et qui méprisaient les autres, Jésus dit la parabole que voici : «  Deux hommes montèrent au Temple pour prier. L’un était pharisien, et l’autre, publicain (c’est-à-dire un collecteur d’impôts). Le pharisien se tenait et priait en lui-même : “Mon Dieu, je te rends grâce parce que je ne suis pas comme les autres hommes, ils sont voleurs, injustes, adultères, ou encore comme ce publicain. Je jeûne deux fois par semaine et je verse le dixième de tout ce que je gagne.”

Le publicain, lui, se tenait à distance et n’osait même pas lever les yeux vers le ciel ; mais il se frappait la poitrine, en disant : “Mon Dieu, montre-toi favorable au pécheur que je suis !”  Jésus conclut : « Je déclare :quand ce dernier redescendit dans sa maison, c’est lui qui était devenu un homme juste, plutôt que l’autre. Qui s’élève sera abaissé ; qui s’abaisse sera élevé. » (Lc 18, 9-14)

La parabole du pharisien et du péager

 Le pharisien Jésus propose une parabole à quelques hommes qui s’estimaient justes et qui méprisaient les autres : Un pharisien et un péager montent au temple pour prier. Le pharisien, se présentant avec assurance, rend grâces à Dieu, d’abord de tout le mal qu’il ne fait pas, puis de tout le bien qu’il fait.

Le péager  Le péager montre par son attitude qu’il est profondément humilié devant Dieu et prie ainsi : « Ô Dieu ! Sois apaisé envers moi qui suis pécheur. » Jésus déclara que celui-ci fut justifié devant Dieu et non pas celui-là. Car quiconque s’élève sera abaissé.

Cette parabole, particulière à Luc, comme la précédente, est sans relation apparente avec l’enseignement renfermé dans celle-ci. Elle fut provoquée sans doute par quelque manifestation de propre justice qui attira l’attention de Jésus et de son entourage. Il est inutile de se demander qui étaient ces quelques-uns à qui Jésus l’adresse plus spécialement. Luc ne le dit pas. Ce n’étaient pas les pharisiens, qui parurent s’être éloignés, tandis que Jésus s’adressait aux disciples.

Mais si les hommes dont il s’agit n’étaient pas des pharisiens, ils étaient remplis de sentiments pharisaïques. Ils se persuadaient qu’ils étaient justes (ou suivant une autre traduction : ils se confiaient en eux-mêmes, pensant être justes) et méprisaient les autres. L’orgueilleuse propre justice était l’esprit même de la secte. L’homme est toujours disposé envers ses semblables selon qu’il l’est envers Dieu : humble et repentant.  « Il les estime plus excellents que lui-même » (Ph 2, 3) ; propre juste, il les méprisa.

Jésus mit en présence ces deux hommes dont les dispositions morales furent aux deux pôles extrêmes de la vie religieuse et leur fit exprimer clairement leurs pensées. En aucune occasion l’homme ne révèle plus distinctement ce qui remplit son cœur que dans la prière.  Le pharisien, voulant se juger, prit pour mesure, non pas la loi de Dieu, mais le reste des hommes  ; et ces hommes, il exagéra leurs vices jusqu’à la calomnie, car ils ne furent pas tous comme il les décrivit. Enfin, son dernier mot trahissait un profond mépris pour le péager.

Le pharisien fait deux classes d’hommes : dans l’une il jette tout le genre humain ; l’autre, la meilleure, il l’occupe tout seul. (Bengel) 

Jeûner deux fois la semaine (le lundi et le jeudi) et donner la dîme de tous ses revenus, tel était le devoir de tout Israélite. Le pharisien le remplissait, mais il s’en fait ici un titre de propre justice devant Dieu et de gloire devant les hommes. Il était monté au temple pour prier et il n’a rien demandé. Sa prière consiste à énumérer d’abord le mal qu’il ne fait pas, puis le bien qu’il fait ; mais tout cela considéré dans des actes purement extérieurs, dans lesquels ni la conscience ni le cœur n’ont de part.

Tout, dans ce péager, dénote la plus profonde repentance de ses péchés, son attitude aussi bien que ses paroles. Il se tint à distance du sanctuaire ; il n’osa pas même lever ses regards vers le ciel, de peur d’y rencontrer son Juge ; il se frappa la poitrine, en signe de profonde douleur. Quant à sa prière, elle fut une humble confession et une ardente supplication. Elle n’usa pas de beaucoup de paroles, elle fut est un cri de  repentir.

Le péager, en s’en retournant, emporta dans son cœur la douce assurance du pardon de tous ses péchés, avec la paix de Dieu. La justification du pécheur sans les œuvres de la loi n’était pas exclusivement propre à l’apôtre Paul. Jésus la révéla souvent ; bien plus, elle était connue aux fidèles de l’Ancien Testament (Gn 15, 6 ; Is 53, 11 ; Jr 23, 6).

« C’est une tournure hébraïque, équivalant à une négation, comme Psaumes 118.8. Il est bon de se confier en l’Éternel plutôt que dans l’homme, plutôt que dans les princes, c’est-à-dire qu’il n’est pas bon de se confier en l’homme, dans les princes. (Luther)

Diacre Michel Houyoux

Liens avec d’autres sites web chrétiens

◊  Ressources chrétiennes : cliquez ici pour lire l’article  → Parabole du pharisien et du péager

◊ Réforme.net  : cliquez ici pour lire l’article →  Le pharisien et le péager

♥ Parabole du pharisien et du paysager

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Carême, Catéchèse, comportements, Histoire, Page jeunesse, Prières, Religion | Pas de Commentaires »

Le Christ ne s’est fait d’abord connaître à l’Église que par sa voix.

Posté par diaconos le 23 mars 2022

  

Afficher l’image source

Le printemps est arrivé et la nature se transforme

Le voici qui vient, bondissant sur les montagnes » (Ct 2,8). Le Christ ne s’est fait d’abord connaître à l’Église que par sa voix. Il a commencé par lancer sa voix devant lui par l’intermédiaire des prophètes ; sans se laisser voir, il se faisait entendre. Sa voix portait dans les messages que l’on annonçait de lui,

Extrait du livre des Cantiques au chapitre deux

La voix de mon bien-aimé ! C’est lui, il vient… Il bondit sur les montagnes, il court sur les collines,  mon bien-aimé, pareil à la gazelle, au faon de la biche. Le voici, c’est lui qui se tient derrière notre mur : il regarde aux fenêtres, guette par le treillage. Il parle, mon bien-aimé, il me dit : Lève-toi, mon amie, ma toute belle, et viens…

Vois, l’hiver s’en est allé, les pluies ont cessé, elles se sont enfuies. Sur la terre apparaissent les fleurs, le temps des chansons est venu et la voix de la  tourterelle s’entend sur notre terre. Le figuier a formé ses premiers fruits, la vigne fleurie exhale sa bonne odeur. Lève-toi, mon amie, ma toute belle, et viens… Ma colombe, dans les fentes du rocher, dans les retraites escarpées, que je voie ton visage, que j’entende ta voix ! Ta voix est douce et ton visage, charmant.

lwf0003web.gif

Sulammith, l’une des jeunes filles du ha­rem cé­lébra le bon­heur d’être l’ob­jet des at­ten­tions d’un roi tel que Sa­lo­mon. Elle  en­tendit dans son rêve les pas de son bien-aimé, puis­qu’elle le dé­peignit  sau­tant, bon­dis­sant comme une ga­zelle, ou au faon d’une biche. Cher­chant à voir à tra­vers les fe­nêtres ce qui se passa dans la mai­son. Elle aper­çut son œil brillant, qui perça à tra­vers le treillis qui ornait les fe­nêtres. Le bien-aimé in­vita Sulam­mith à une pro­me­nade pour jouir de toute la beauté d’une jour­née prin­ta­nière.

Le printemps étant arrivé, toute la nature fut transformée, le chant des oiseaux, les  premières fleurs, les premiers fruits et sur les figuiers la première récolte. Tout cela invite à la promenade. Comme Su­lam­mith ne ré­pondit pas,  le bien-aimé la com­para à une co­lombe qui se cacherait dans les fentes des ro­chers ; il dé­sira intensément en­tendre sa voix. Quand le figuier produit ses premiers fruits, on est assuré que l’été est proche, de même le royaume de Dieu est proche : « Instruisez-vous par une comparaison tirée du figuier. Dès que ses branches deviennent tendres, et que les feuilles poussent, vous connaissez que l’été est proche. De même, quand vous verrez toutes ces choses, sachez que le Fils de l’homme est proche, à la porte.… »(Mt 24, 32-33)

Note : Le fi­guier porte en Pa­les­tine deux es­pèces de figues : les précoces, qui poussent sur le bois de l’an­née pré­cé­dente et qui sont mûres au mois de juin, et les tardives, qui poussent sur les branches nou­velles de l’an­née et ap­pa­raissent à la base des feuilles, mû­ris­sant suc­ces­si­ve­ment dès le mois d’août, les unes en­core du­rant l’été, les autres res­tant sus­pen­dues à l’arbre pen­dant tout l’­hi­ver et n’é­tant mûres qu’au prin­temps,  seule­ment après l’ap­pa­ri­tion des feuilles. Jésus Seigneur nous invite à le connaître pour mieux le suivre. Le but ultime de cette démarche est notre croissance humaine et spirituelle. Sur le chemin de notre vie, la rencontre avec Jésus doit nous transformer, nous humaniser davantage pour en être comme divinisé.

C’est ainsi que si nous cherchons à le connaître davantage, à en faire un maître et un ami, nous pourrons mieux servir l’humanité souffrante. Faire et répandre le bien sont inscrits dans notre vocation profonde. C’est une manière concrète de vivre et d’incarner notre consécration baptismale. Néanmoins, si le bien ne fait pas de bruit, il porte beaucoup de fruits, comme les grains de blé semés. C’est un travail, un exercice qui est avant tout spirituel. Pour marcher vers cet objectif, nous avons seulement à contempler le Christ. Il est la Parole du Père qui nous donne de le connaître pour que  son nom soit glorifié.

Servons la gloire de Dieu

 Portons ter le nom de Jésus dans notre entourage pour que sa lumière l’éclaire de la clarté pascale. C’est l’un des sens que peut prendre le Carême. Ce temps, pour chercher à mieux connaître le Christ, n’a de sens que s’il est orienté vers Pâques. Cette lumière qui éclaire le monde et nos vies, nous avons à en être les porteurs ; notre monde en a tant besoin. Notre appel à servir le monde, au nom du Christ, nous conduit à nous porter les uns, les autres, d’abord par la prière fraternelle. Offrir à Jésus les personnes qui nous sont confiées et qui partagent notre quotidien, de manière proche ou lointaine, est un impératif. C’est un acte humble, qui ne fait pas de bruit, mais qui doit être le cœur de nos journées.

La vie n’est pas faite que de joies. Il y a aussi les peines, les tristesses, toutes ces croix quotidiennes. Elles nous donnent parfois à être un grain de blé moulu par la dent des bêtes. Tel était fut le souhait d’Ignace d’Antioche. Cependant, nous ne sommes pas tous appelés à la vocation du martyre. Ces croix font parties de la vie. Elles sont parfois douloureuses et difficiles à porter.  La force de Dieu nous est continuellement donnée, mais nous la portons dans des vases d’argile (2 Co 4, 7). Cette fragilité est, en même temps, l’être même de Dieu. De la crèche au tombeau, en passant par sa vie pèlerine, il s’est fait fragile. Il s’est laissé toucher par les détresses des personnes, a communié à leurs blessures pour les assumer, les parachever sur la croix.

 Dieu nous invite à découvrir la grâce de l’incarnation de son Fils. Cet acte d’amour suprême est un marqueur indélébile de notre engagement à la suite du Christ. Entrons donc le cœur léger dans ces dernières semaines avant Pâques qui nous feront découvrir le cœur blessé du Christ. Il est le lieu où nous pouvons lui confier nos manques d’amour, de foi et de charité, et recevoir sa miséricorde.

Diacre Michel Houyoux

♥ Acceptons la volonté de Dieu

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Carême, Catéchèse, Messages, Page jeunesse, Religion | Pas de Commentaires »

12345...10
 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS