• Accueil
  • > Recherche : saint antoine hermite

Résultats de votre recherche

Deuxième dimanche du temps ordinaire, année B

Posté par diaconos le 11 janvier 2012

Bonjour chers amis et chères amies dans le Christ,

Le Seigneur appela Samuel à le servir d'une manière inattendue

Le Seigneur appela Samuel à le servir d'une manière inattendue (1 S 3, 19)

Par la prière nous nous tournons vers le Seigneur et nous nous mettons  à son écoute afin de ne pas rester sourds à son appel et d’être dans une totale disponibilité lorsqu’il  nous manifestera sa Volonté sainte… Bien souvent, nous refusons de nous engager sans savoir précisément ce qui nous attend mais le Seigneur nous dis simplement : « Venez et vous verrez »… (évangile). C’est lorsque nous avons commencé à le suivre qu’il nous dévoile peu à peu sa Volonté, que son Regard posé sur nous nous révèle qui nous sommes et nous oriente définitivement vers lui.

Au cours de cette messe, demandons au Seigneur de nous aider à répondre à son appel par l’offrande de nos vies, en lui  disant de tout cœur :
« Me voici, Seigneur je viens faire ta Volonté. » (Première lecture).
Voici les lectures pour dimanche prochain. Quelques commentaires et dans la rubrique « compléments » mon homélie que je vous offre ainsi que deux dossiers intéressants.

Recevez chers amis et chères amies mes salutations amicales et fraternelles
Deuxième dimanche du temps ordinaire, année B dans La messe du dimanche lwf0004.vignette4Michel Houyoux, diacre permanent

Source de l’image → http://www.biblenfant.org/Coloriages_Decoupages.htm

—————————————————————————————–

La première lecture est tirée du premier livre de Samuel au chapitre trois
Commentaire : au sanctuaire de Silo, le jeune Samuel y exerça les fonctions d’enfant de choeur au service du prêtre Éli, en attendant de lui succéder. Mais Dieu l’appela d’une manière inattendue, comme prophète. Dans le récit qui suit, extrait de son livre, Samuel s’est  plu à souligner les caractéristiques de la vocation des prophètes.
03bi  Le jeune Samuel couchait dans le temple du Seigneur, où se trouvait l’arche de Dieu.
04  Le Seigneur appela Samuel, qui répondit : « Me voici ! »
05  Il courut vers le prêtre Éli, et il dit : « Tu m’as appelé, me voici. » Éli répondit : « Je ne t’ai pas appelé. Retourne te coucher. » L’enfant alla se coucher.
06  De nouveau, le Seigneur appela Samuel. Et Samuel se leva. Il alla auprès d’Éli, et il dit : « Tu m’as appelé, me voici. » Éli répondit : « Je ne t’ai pas appelé, mon fils. Retourne te coucher. »
07  Samuel ne connaissait pas encore le Seigneur, et la parole du Seigneur ne lui avait pas encore été révélée.
08  Une troisième fois, le Seigneur appela Samuel. Celui-ci se leva. Il alla auprès d’Éli, et il dit : « Tu m’as appelé, me voici. » Alors Éli comprit que c’était le Seigneur qui appelait l’enfant,
09  et il lui dit : « Retourne te coucher, et si l’on t’appelle, tu diras : ‘Parle, Seigneur, ton serviteur écoute.’ » Samuel retourna se coucher.
10  Le Seigneur vint se placer près de lui et il appela comme les autres fois : « Samuel ! Samuel ! » et Samuel répondit : « Parle, ton serviteur écoute. »
19  Samuel grandit. Le Seigneur était avec lui, et aucune de ses paroles ne demeura sans effet.

Copyright AELF – 1980 – 2006 – Tous droits réservés
—————————————————————————————————————————————-
Psaume 39
Commentaire : Ce Psaume réunit dans un même élan de cœur et de pensée l’Espérance du croyant ainsi que l’abandon total de sa propre volonté à la Volonté divine.  Dès que le danger menace le fidèle, il se met à chanter son Espérance…  Dieu le protègera, il en est sûr.

2a   D’un grand espoir 2b  j’espérais le Seigneur :
2c   il s’est penché vers moi
4a   Dans ma bouche il a mis un chant nouveau,
4b   une louange à notre Dieu. *

07   Tu ne voulais ni offrande ni sacrifice,
tu as ouvert mes oreilles ; *
tu ne demandais ni holocauste ni victime,
8a   alors j’ai dit : « Voici, je viens.

8b   « Dans le livre, est écrit pour moi
09   ce que tu veux que je fasse. *
Mon Dieu, voilà ce que j’aime :
ta loi me tient aux entrailles. »

10c   vois, je ne retiens pas mes lèvres,
10d   Seigneur, tu le sais.
11c   j’ai dit ton amour et ta vérité
11d   à la grande assemblée.

Copyright AELF – 1980 – 2006 – Tous droits réservés

————————————————————-

La deuxième lecture est tirée de la première lettre de saint Paul Apôtre aux Corinthiens au chapitre six.

Commentaire: dans cet extrait de la première lettre que Paul, apôtre du Christ, adressa au chrétiens de Corinthe, son auteur leur rappela que celui qui s’unit au Seigneur n’est plus qu’un seul esprit avec Lui. Paul réagit ici contre des chrétiens contaminés par l’immoralité et les dérèglements sexuels qui étaient très répandu dans le monde gréco-romain. Selon eux, la foi n’aurait rien à voir dans la vie sexuelle, elle n’aurait pas à s’encombrer de prescriptions morales. Le message de Paul est toujours  très actuel. Sommes-nous sensibles à ces violences faites aux enfants, aux femmes ? Comment réagissons-nous ?
13bi  Frères, notre corps n’est pas fait pour la débauche, il est pour le Seigneur Jésus, et le Seigneur est pour le corps ;
14  et Dieu, par sa puissance, a ressuscité le Seigneur et nous ressuscitera nous aussi.
15a  Ne le savez-vous pas ? Vos corps sont les membres du Christ.
17  Quand on s’unit au Seigneur, cela ne fait qu’un seul esprit.
18  Fuyez la débauche. Tous les péchés que l’homme peut commettre sont extérieurs à son corps ; mais la débauche est un péché contre le corps lui-même.
19  Ne le savez-vous pas ? Votre corps est le temple de l’Esprit Saint, qui est en vous et que vous avez reçu de Dieu ; vous ne vous appartenez plus à vous-mêmes,
20  car le Seigneur a payé le prix de votre rachat. Rendez donc gloire à Dieu dans votre corps.

Copyright AELF – 1980 – 2006 – Tous droits réservés
——————————————————————————————————-
De l’Évangile de Jean au chapitre un.

Commentaire :  » Que cherchez-vous ? « , c’est la première parole que Jésus adressa à André et à Simon Pierre, humbles pêcheurs du lac de Tibériade. Dans l’optique de l’évangéliste, cette parole s’adresse à chacun de nous. Jésus est la réponse aux interrogations que nous nous posons, concernant le sens de notre vie, du monde et de l’histoire de l’humanité. Mais comment pouvons-nous rencontrer le Christ, le connaître et marcher à ses côtés ? Pour cela, il faut des hommes qui soient eux-mêmes amis du Christ, pour nous conduire vers Lui afin que nous puissions vérifier qu’en Jésus s’accomplit notre espérance et que tout prend sens en Lui.

Notre culture religieuse gagnerait beaucoup de revenir aux événements racontés dans l’Ancien Testament…  C’est une clé merveilleuse pour ouvrir notre compréhension de l’Évangile…  L’ÉVANGILE est tout simplement l’accomplissement de tout ce qui est annoncé dans l’Ancien Testament…

35i  Jean Baptiste se trouvait avec deux de ses disciples.
36  Posant son regard sur Jésus qui allait et venait, il dit : « Voici l’Agneau de Dieu. »
37  Les deux disciples entendirent cette parole, et ils suivirent Jésus.
38  Celui-ci se retourna, vit qu’ils le suivaient, et leur dit : « Que cherchez-vous ? » Ils lui répondirent : « Rabbi (c’est-à-dire : Maître), où demeures-tu ? »
39  Il leur dit : « Venez, et vous verrez. » Ils l’accompagnèrent, ils virent où il demeurait, et ils restèrent auprès de lui ce jour-là. C’était vers quatre heures du soir.
40  André, le frère de Simon-Pierre, était l’un des deux disciples qui avaient entendu Jean Baptiste et qui avaient suivi Jésus.
41  Il trouve d’abord son frère Simon et lui dit : « Nous avons trouvé le Messie (autrement dit : le Christ).
42  André amena son frère à Jésus. Jésus posa son regard sur lui et dit : « Tu es Simon, fils de Jean ; tu t’appelleras Képha » (ce qui veut dire : pierre).

Copyright AELF – 1980 – 2006 – Tous droits réservés

Compléments

◊ Deuxième dimanche du temps ordinaire  →  Catéchèse : « Venez et vous verrez ! » (Jn 1, 35-41)

◊ Méditation  →  Venez et vous verrez ! (Jn 1, 35-41)

Homélie du 2ième dimanche du temps ordinaire →  Parle Seigneur, ton serviteur écoute. (1 Sam 3, 3-19)

♥    Le 17 janvier, l’Église célèbre dans sa liturgie la mémoire de saint Antoine l’hermite…  Antoine se fixa dans le désert (Égypte) à vingt ans, après avoir …      Suite :  cliquez ici → Saint Antoine l’Hermite, abbé (251-356) – Mémoire

Liens externes

◊ Liturgie de la Parole avec des enfants →Deuxième dimanche ordinaire, année B

◊ Le blog du lapin bleu →Année B – Temps Ordinaire 2eme Dimanche
Par la prière nous nous tournons vers le Seigneur et nous nous mettons  à son écoute afin de ...&media=http://diaconos.unblog.fr/files/2012/01/Lappel-de-Samuel-822x1024.png" onclick="window.open(this.href);return false;" >

Publié dans La messe du dimanche, Temps ordinaire | Pas de Commentaires »

Saint Antoine l’Hermite, abbé (251-356) – Mémoire

Posté par diaconos le 3 janvier 2009

Le 17 janvier, l’Église célèbre dans sa liturgie la mémoire de saint Antoine l’hermite, abbé (à ne pas confondre avec saint Antoine de Padoue)  Antoine se fixa dans le désert (Égypte) à vingt ans, après avoir entendu lire dans l’Évangile :  » Si tu veux être parfait, va, vends ce que tu as, donne-le aux pauvres et suis-moi. » Il y vécut près d’un siècle ! De nombreux disciples le suivirent dans cette vie d’austérité qui donne accès à l’intimité du Dieu vivant. Il est considéré comme étant le fondateur de l’érémitisme chrétien. Sa vie nous est connue par le récit qu’en a fait Athanase d’Alexandrie vers 360.

lwf0003web.gif

Extrait de la vie de saint Antoine

SAINT ANTOINE L'HERMITEÀ la mort de ses parents, Antoine resta seul avec une sœur encore fort jeune. Il avait environ dix-huit ou vingt ans quand il dut prendre soin de la maison et de sa sœur. Six mois n’étaient pas encore écoulés depuis la mort de ses parents que, allant à la maison du Seigneur, comme à l’accoutumée, et songeant en lui-même, il réfléchissait à tout ceci: comment les apôtres avaient tout abandonné pour suivre le Sauveur; comment d’autres, d’après les Actes, vendaient leurs biens, en apportaient le prix et le déposaient aux pieds des apôtres pour être distribué aux indigents; enfin, quelle grande espérance leur était réservée dans les cieux. Le cœur occupé de ces pensées, il entra dans l’église, et il se trouva qu’on lisait justement l’Évangile; il entendit le Seigneur dire au riche: « Si tu veux être parfait, va, vends tout ce que tu possèdes et donne-le aux pauvres, et viens, suis-moi, et tu auras un trésor dans les cieux » (Mt 19,21). Antoine, comme si le souvenir des saints, qu’il venait d’avoir, lui était venu de Dieu et comme si la lecture avait été faite pour lui (1) sortit aussitôt de la maison du Seigneur. Les biens qu’il avait de ses ancêtres, trois cents aroures de terre fertile et excellente (2), il en fit cadeau aux gens de son village pour n’en être pas embarrassé le moins du monde, lui et sa sœur. Il vendit aussi les biens meubles qu’ils possédaient, en reçut une somme assez importante et la distribua aux pauvres, à l’exception d’une petite réserve pour sa sœur.

Entrant une autre fois à la maison du Seigneur, il entendit le Seigneur dire dans l’Évangile: « Ne vous mettez pas en peine du lendemain » (Mt 6,34). Ne supportant plus d’attendre, il sortit et distribua même cette réserve aux petites gens (3). Il confia sa soeur à des vierges connues et fidèles, et la leur remit pour qu’elles la forment à la virginité. Quant à lui, il s’adonnait désormais à l’ascèse devant sa maison, attentif à lui-même et s’astreignant à une ferme discipline.

Source : Athanase, Vie d’Antoine, 2-3. Trad. G.J.M. Bartelink (SC 400).

Notes → voir aussi Liturgie des heures, tome 1, pages 1350 et 1351.

  1. La lecture de l’Évangile est ainsi considérée par Antoine comme un oracle personnel. De tels oracles, souvent au moyen d’apertio libri, dont les textes chrétiens nous fournissent plusieurs exemples, ont eu des prédécesseurs païens (voir le dossier chez P. Courcelle, «L’enfant et les “sorts bibliques”», Vigiliae Christianae 7, 1953, p. 194 s.).

  2. Aroure: nom grec d’une ancienne mesure égyptienne de superficie. Toute l’Égypte était arpentée à l’aide de cette mesure, qui figure souvent dans les papyrus. La propriété foncière des parents d’Antoine (300 aroures) était assez grande (plus de 80 hectares).

  3. De nouveau Antoine s’applique à lui même un texte biblique, entendu fortuitement. Dans les oracles comme dans les rêves, répétition signifie confirmation.

Prions : Dieu qui as donné à saint Antoine de mener dans la solitude une vie héroïque, accorde-nous, par son intercession, de renoncer à nous-mêmes pour t’aimer sans cesse et plus que tout.

Notre Père qui est aux cieux…

lwf0003web.gif

Liens externes

Michel.

Publié dans Disciples de Jésus, Enseignement, fêtes religieuses, Histoire, Prières | 4 Commentaires »

 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS