• Accueil
  • > Recherche : saint thomas

Résultats de votre recherche

24th Sunday of Ordinary Time – Year C

Posté par diaconos le 11 septembre 2019

There will be joy in heaven for one sinner who converts 

There will be joy in heaven for one sinner who converts.png 300

From the Gospel of Jesus Christ according to Saint Luke

At that time, tax collectors and sinners all came to Jesus to listen to him. The Pharisees and scribes recriminated against him : « This man welcomes sinners and eats with them! » Then Jesus said to them this parable : « If one of you has a hundred sheep and loses one, does he not abandon the other 99 in the wilderness to go and get the one that is lost, until he finds it ?

When he has found it, he takes it on his shoulders, all joyful, and, when he returns home, he gathers his friends and neighbours to say to them : « Rejoice with me, for I have found my sheep, the one who was lost ! » I tell you: « This is how there will be joy in heaven for a single sinner who is converted, more than for 99 just women who do not need conversion.

Or, if a woman has ten pieces of silver and loses one, won’t she light a lamp, sweep the house, and carefully search until she finds it ? When she found her, she gathered her friends and neighbours together to say : « Rejoice with me, for I have found the silver coin I had lost !

So I tell you : There is joy before the angels of God for one sinner who converts. » Jesus said again : « A man had two sons. The youngest said to his father : « Father, give me my share of the fortune. And the father divided his property among them. A few days later, the youngest gathered everything he had, and left for a faraway country where he squandered his fortune by leading a life of disorder. He had spent everything, when a great famine occurred in this country, and he began to find himself in need.

He went to engage with a resident of that country, who sent him to his fields to guard the pigs. He would have liked to fill his stomach with the pods that the pigs ate, but no one gave him anything. Then he went inside himself and said to himself : « How many of my father’s workers have plenty of bread, and I here am starving !

I will rise up, I will go to my father, and I will say to him : « Father, I have sinned against heaven and against you. I am no longer worthy to be called your son.  » Treat me like one of your workers. He got up and went to his father. While he was still far away, his father saw him and was seized with compassion; he ran to throw himself at his neck and kissed him.

The son said to him : « Father, I have sinned against heaven and against you. I am no longer worthy to be called your son. But the father said to his servants : « Quickly, bring the most beautiful garment to dress him, put a ring on his finger and sandals on his feet, go get the fattened calf, kill him, let us eat and feast, for my son here was dead, and he came back to life; he was lost, and he is found. And they began to celebrate.

And the eldest son was in the fields. When he returned and was near the house, he heard the music and dances. Calling one of the servants, he asked about what was going on. He replied : « Your brother has arrived, and your father has killed the fattened calf, because he has found your brother healthy again. Then the eldest son got angry, and he refused to come in.

His father went out begging him. But he replied to his father : « I have been at your service for so many years without ever transgressing your orders, and you have never given me a kid to celebrate with my friends. But when this son of yours came back after eating your property with prostitutes, you had the fattened calf killed for him !

The father replied : « You, my child, are always with me, and all that is mine is yours. It was necessary to celebrate and rejoice ; for your brother here was dead, and he came back to life ; he was lost, and he is found ! » (Lk 15:1-32)

Homily

Jesus said this parable because some Pharisees were reluctant to see him welcome sinners and eat with them. In other circumstances, Jesus simply said that He came for sinners and not for the righteous. The Pharisees, like the eldest son in this account, considered themselves righteous, but did not know God’s mercy.

The younger son represents the sinners and tax collectors who frequented Jesus. After leaving his father in an act of ingratitude (verse 12), he fell into the worst decline for a Jew: keeping pigs (verse 15), those impure animals according to Jewish law. His return is not due to true repentance, but to the hunger that holds him back (verses 17-20a). It was precisely the sinners and the marginalized that Jesus frequented! (verse 1)

What a revelation for the Pharisees to learn that God rejoices in the return of the sinner to whom he has never refused his tenderness and love ! (verses 21-24)

As they are also recognized in the indignation of the eldest son: « I have been at your service for many years without ever disobeying your orders ». (verse 29a). Unfortunately, he was judged as a servant, not as a son (verse 19b). He was not even a brother, as his contemptuous remark shows: « Here is your son… ».  (verse 30a) that his father notes so discreetly: « Here is your brother. «  (verse 32b). And the party was in full swing for the return of this child.

Do we help the Church in her efforts to reach the unbelievers, the poor, those who are far away ? Joy or whisper ? Do we accept that our priest places us in the background of his concerns to reach those who do not come to him? Are we collaborating in this effort? Don’t we sometimes say that there’s nothing to hope for ?

Let us rejoice that those who have always felt marginalized, excluded and who probably live in disappointment and illusion, come to Jesus. No, the scribes and Pharisees did not understand that with Jesus came to an end the time when it was necessary to purify oneself to welcome the Lord, but the time begins when one becomes pure by welcoming the Lord. They didn’t understand it.

Thus Jesus told them this parable divided into three parts. The first part is that of the shepherd who lost a sheep and left the other ninety-nine to look for the lost: « When he found it, he took it on his shoulders, all happy. ». (Lk 15:1-32) This is the joy that characterizes this passage and the word « joy » and the verb « to rejoice » will be repeated.

What the Pharisees and scribes did not understand was that God, instead of being concerned about being obeyed and respected, was more concerned about people’s happiness. This is what the Lord has in his heart. And so, « all joyful, he took it on his shoulders… ». The lost sheep is the image of the sinner who has gone away. When the shepherd found it, he loaded it on his shoulders.

He called on all his friends to rejoice with him. He came back and was welcomed by his father, a maternal and loving figure. His father wanted to give this son back an authority he had never had before. Why is this the case ? Because God communicates love in an absolute way. His father, image of God’s love, rejoiced, his elder brother, image of the scribes and Pharisees, was scandalized.

Jesus ridiculed his eldest son’s behaviour by caricaturing how religion can infantilize people : « I have been at your service for many years without ever disobeying your orders, and you have never given me a child to celebrate with my friends. » (Lk 15:25-32) This old man was waiting for a reward, because he did not cooperate with his father’s action. The caricature of Jesus by the religious authorities of his time was very severe.

In his second letter to the Corinthians, Paul states: « We are ambassadors of Christ, let yourselves be reconciled with God ». To become ambassadors of Christ, of his spirit of mercy, is to respond joyfully to God’s call to reconcile ourselves with one another. In this parable of the prodigal child, Jesus Christ reveals to us how God, our Father, is gratuitousness, gift, selflessness, love. Jesus revealed to us the true face of the Father. Just the opposite of an evil, jealous and wicked God. Prodigal father of love! Let us allow ourselves to be reconciled with God. Let’s apologize for our lack of trust and love. Amen

Michel Houyoux, permanent deacon

Supplementary information

Rejoice with me, for I have found my sheep that was lost

The Gospel is truly good news revealed to people who know how to take their rightful place in the universe : these people recognize that they are creatures of God and therefore must constantly and humbly refer to their Creator. In short, we must recognize and integrate into our lives the following truth : « The creature without the creator vanishes » (GS, 36 §3). Dear young people, May Christ grant you abundantly the grace of humility and faith.

God loves us so much : « I loved Israel from his childhood, and to bring him out of Egypt, I called my son » (Hos 11, 1). We Christians, sons and daughters of the Church, the new Israel, God loves us as a good father, and also as a mother full of tenderness. God created the world out of wisdom and love. He created an orderly and good world. It transcends creation and is present to it; that is, God maintains and carries creation. God created everything through his son Jesus Christ. And it is precisely he who is sent to the world to reveal the secret of life and the Kingdom of Heaven.

As we celebrate the Sacred Heart of Jesus, let us stop for a moment to contemplate his love, the love that gives itself entirely. His love surpasses all understanding, his love challenges us. We are invited to have in our hearts maternal love, paternal love, fraternal love. Let us remember that Jesus gives us all his affection, all his attention as the book of the Prophet Hosea tells us. Let us not be ungrateful, let us not indulge in what is wrong.

May our ambitions never thwart the love that should characterize us towards ourselves, towards God and towards our neighbour. Let us never awaken demons of hatred, jealousy, greatness and pride that might tempt us. Let’s try not to disturb anyone. In all and everywhere, may the merciful love of Christ precede us.

Christ’s heart frees from the rivers of living water when it is pierced. Our hearts flow rivers of love when we give the full gift of our lives for the people we love.

External links to other sites

◊ Desiring God : click here to read the article  → The Happiest Days of Heaven

◊ Rick Renner : click here to read the article → Rejoicing in Heaven Over One Sinner Who Repents 

Bishop Thomas J said : « Jesus welcomes sinners and eats with them »

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Catéchèse, La messe du dimanche, Page jeunesse, Religion, Temps ordinaire | Pas de Commentaires »

Allez plutôt vers les brebis perdues de la maison d’Israël

Posté par diaconos le 10 juillet 2019

Mercredi 10 juillet 2019
Que pensez-vous de ceci ? Si un homme possède cent brebis et que l'une d'entre elles s'égare, ne laissera t-il pas les quatre-vingt-dix-neuf autres dans la montagne pour aller à la recherche de la brebis égarée ? Et, s'il parvient à la retrouver, amen, je vous le dis : il se réjouit pour elle plus que pour les quatre-vingt-dix-neuf qui ne se sont pas égarées.

Que pensez-vous de ceci ? Si un homme possède cent
brebis et que l’une d’entre elles s’égare, ne laissera t-il
pas les quatre-vingt-dix-neuf autres dans la montagne
pour aller à la recherche de la brebis égarée ? Et, s’il
parvient à la retrouver, amen, je vous le dis : il se
réjouit pour elle plus que pour les quatre-vingt-dix-neuf
qui ne se sont pas égarées. (Mt 18, 12-13)

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

En ce temps-là, Jésus appela ses douze disciples et leur donna le pouvoir d’expulser les esprits impurs et de guérir toute maladie et toute infirmité.     Voici les noms des douze Apôtres : le premier, Simon, nommé Pierre ; André son frère ; Jacques, fils de Zébédée, et Jean son frère ; Philippe et Barthélemy ; Thomas et Matthieu le publicain ; Jacques, fils d’Alphée, et Thaddée ; Simon le Zélote et Judas l’Iscariote, celui-là même qui le livra.

Ces douze, Jésus les envoya en mission avec les instructions suivantes : « Ne prenez pas le chemin qui mène vers les nations païennes et n’entrez dans aucune ville des Samaritains. Allez plutôt vers les brebis perdues de la maison d’Israël. Sur votre route, proclamez que le royaume des Cieux est tout proche. » (Mt 10, 1-7)

Homélie  L’envoi en mission

Quand Jésus envoya les douze en mission, il ne leur demanda pas de travailler à la conversion des personnes qui ne professent pas la foi juive, païens et Samaritains (Mt 10,5b), mais d’aller à la recherche des brebis perdues de la maison d’Israël. Dans les sociétés occidentales déchristianisées, force est de constater que la première terre de mission ne se situe plus dans des contrées lointaines mais tout près de nous, auprès des gens qui, largement majoritaires, ont abandonné la foi de leurs pères ou, qui prétendent être croyants, mais sans pratiquer , ni, prier.

Jésus m’a choisi le jour de mon baptême, m’a appelé par mon nom, c’est d’ailleurs pour cela que nous recevons notre nom traditionnellement le jour de notre baptême. Il m’a choisi pour une raison bien particulière, pour un plan particulier. Il veut faire de grandes choses à travers chaque baptisé. Il souhaite que je le serve. Mis comment ?

N’aurait-il pas pu convertir tous les hommes d’un claquement de doigt, faire en un rien de temps que nous l’aimions et aimions son Père de tout notre cœur ? Il aurait pu, bien sûr, mais il a voulu choisir en tout la voie de l’humilité. Saint Louis-Marie s’émerveilla de cette humilité de Jésus : « Cette sagesse infinie, qui avait un désir immense de glorifier Dieu son Père et de sauver les hommes, n’a pas trouvé de moyen plus parfait et plus court pour le faire que de se soumettre en toutes choses à la très sainte Vierge, non seulement pendant les huit, dix ou quinze années premières de sa vie, comme les autres enfants, mais pendant trente ans ». (Extrait du Traité de la vraie dévotion à la sainte Vierge Marie)

Allez vers les brebis perdues. Tel est le message principal du livre Re-Built, histoire d’une paroisse reconstruite écrit par Michael White, curé de la paroisse de la Nativité au Maryland et Tom Corcoran, un laïc qui l’a assisté dans son travail de revitalisation de cette paroisse autrefois en déclin. Ce livre devrait être lu par toute personne préoccupée par le manque de vitalité de son église locale, notamment manifesté par une relève quasi inexistante, et par toute personne soucieuse de mettre en pratique les paroles de Jésus, particulièrement celles d’aujourd’hui :  » Allez vers les brebis perdues de la maison d’Israël « .

Que dois-je faire pour avoir en héritage la vie éternelle? (Lc 10, 25)

Laissons l’Esprit Saint nous transformer toujours plus en fils adoptif de Dieu, à laisser transparaître toujours plus l’image du Fils qui est venu nous faire connaître la volonté du Père céleste et ainsi de devenir plus authentiquement chrétien. Soucions-nous  de devenir meilleur non pour nous-mêmes, pour constater que nos efforts sont récompensés, mais pour les autres, les perdus, les personnes vers lesquelles Jésus nous envoie afin de leur révéler qu’elles sont aimées de Dieu, ce Dieu en qui nous trouvons un sens à notre existence et notre bonheur.

Le pape François, dans Gaudete et exsultate (23), nous invite : « Pour nous tous, c’est un rappel fort. Toi aussi, tu as besoin de percevoir la totalité de ta vie comme une mission. Essaie de le faire en écoutant Dieu dans la prière et en reconnaissant les signes qu’il te donne. Demande toujours à l’Esprit-Saint ce que Jésus attend de toi à chaque moment de ton existence et dans chaque choix que tu dois faire, pour discerner la place que cela occupe dans ta propre mission. Permets-lui de forger en toi ce mystère personnel qui reflète Jésus-Christ dans le monde d’aujourd’hui. »

Complément

◊ Catéchèse : cliquez ici pour lire l’article → Je suis le bon pasteur, le vrai berger. (Jn 10, 11)

Liens externes

◊ Catéchèse  : cliquez ici pour lire l’article →  Parabole de la brebis perdue et retrouvée – idees-cate.com

Le bon berger

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Catéchèse, Enseignement, homélies particulières, Page jeunesse, Religion, Rencontrer Dieu, Temps ordinaire | 1 Commentaire »

Je vous ai dit cela pour que ma joie soit en vous, et que vous soyez comblés de joie

Posté par diaconos le 19 mai 2019

Demeurez dans mon amour  En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples :     « Comme le Père m’a aimé, moi aussi je vous ai aimés.     Si vous gardez mes commandements, vous demeurerez dans mon amour, comme moi, j’ai gardé les commandements de mon Père, et je demeure dans son amour.     Je vous ai dit cela pour que ma joie soit en vous, et que votre joie soit parfaite.

Mon commandement, le voici : Aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés. Il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ceux qu’on aime. Vous êtes mes amis si vous faites ce que je vous commande.  Je ne vous appelle plus serviteurs, car le serviteur ne sait pas ce que fait son maître ; je vous appelle mes amis, car tout ce que j’ai entendu de mon Père, je vous l’ai fait connaître.

Ce n’est pas vous qui m’avez choisi, c’est moi qui vous ai choisis et établis afin que vous alliez, que vous portiez du fruit, et que votre fruit demeure. Alors, tout ce que vous demanderez au Père en mon nom, il vous le donnera.  Voici ce que je vous commande : c’est de vous aimer les uns les autres. »«Je vous ai dit cela pour que ma joie soit en vous, et que vous soyez comblés de joie» ((Jn 15, 9-17)

Source de l’image → Courrier de Rome

Compléments

◊ Étude du texte Jn 15, 9-7 : cliquez ici pour lire → Amis de Jésus Christ (Jn 15, 9-17)

◊  Donner sa vie pour ceux qu’on aime : cliquez ici pour lire → Fais confiance au Christ, il t’est proche.

◊ Cinquième dimanche de Pâques : cliquez ici → L’Amour fraternel. (Jn 13, 31-35)

Envoi de Eauderose De Jésus

L’Église nous rappelle le jour où les Apôtres choisirent ce disciple de Jésus qui devait remplacer Judas Iscariote. Comme Saint Jean Chrysostome nous le dit avec justesse dans l’une de ses homélies, lorsqu’il s’agit de choisir des personnes qui doivent assumer une certaine responsabilité il se peut que nous devions faire face a des rivalités ou à des discussions. C’est la raison pour laquelle Saint Pierre «se désintéressant de possibles jalousies», abandonne l’affaire au sort et à l’inspiration divine.

Et ce Père de l’Église ajoute : «Car les décisions importantes engendrent trop souvent les rancœurs».Dans l’Évangile de ce jour, le Seigneur parle aux Apôtres de la joie qui doit être la leur : «que ma joie soit en vous, et que vous soyez comblés de joie» (Jn 15,11). En effet, le chrétien, comme Mathias, vivra heureux et avec une joie sereine s’il assume les différents événements de la vie à partir de la grâce de la filiation divine.

Autrement, il finira par se laisser emporter par les fausses rancœurs, d’absurdes jalousies ou toute autre sorte de préjugés. La joie et la paix sont toujours les fruits de l’exubérance du dévouement apostolique et de notre lutte pour parvenir à la sainteté. Elles sont le résultât logique et surnaturel de l’amour de Dieu et de l’esprit de service au prochain. Romano Guardini écrivait : «La source de la joie est une source qui jaillit au plus profond de nous-mêmes.

C’est là où demeure Dieu. Alors la joie se déploie en nous rendant lumineux. Et tout ce qui est beau est perçu dans toute sa splendeur». Quand nous ne sommes pas heureux nous devons prier comme le faisait Saint Thomas More : «Seigneur, donne-moi le sens de l’humour pour que je tire quelque bonheur de la vie et que j’en fasse part aux autres». N’oublions pas non plus ce que Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus disait aussi : «Dieu, écartez moi des saints au visage triste, car un saint triste est un triste saint». Puisse le Seigneur accorder à chacun la grâce de vivre des moments de joie: en famille, au travail, en service, au foyer, en route, à l’hôpital… Que toutes vos tristesses soient transformées en grande joie.

Liens externes

◊ Demeurez dans mon amour : cliquez ici → Demeurez en mon amour

♥ Donner sa vie – Conférence de l’Abbé Grosjean

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Catéchèse, Enseignement, La messe du dimanche, Page jeunesse, Religion, Temps pascal | Pas de Commentaires »

Pierres visibles de l’Église

Posté par diaconos le 27 mars 2019

Auteur  Jean-Michel Dunand

L’image contient peut-être : plante, plein air et nature
 Lorsque j’étais jeune, j’ai été comme fasciné par des pierres visibles de l’Église : les « pères » Tony Anatrella, Marie-Dominique Philippe, Thomas Philippe, Thierry de Roucy, « frère » Ephraïm, Philippe Madre…

Aujourd’hui, je vis comme « une nausée intérieure » permanente ! J’ai reçu de la part de ces personnes des conseils (bien « dans les clous! ») pour vivre ma vie de jeune catholique et de jeune personne homo-sensible.

J’avais 15 ans… 20 ans… Ces lectures, ces paroles étaient « divines ». Ces derniers jours, je me pose souvent cette question : « Pourquoi suis-je resté au sein de l’Église ? »

Je pense avoir trouvé un élément de réponse. Sur ma route, j’ai très souvent rencontré des pierres cachées : soeur Marie-Renée, mère Bernadette, dom Marcellin, Florin, Maguy, Françoise, soeur Geneviève, frère Marco, Roger, Simone, Annie…

Jamais je n’oublierai le regard sans jugement, sans condamnation de ces personnes. Dans l’Église, j’ai rencontré la bonté, la bienveillance, la chasteté relationnelle, c’est-à-dire, la non prise de pouvoir sur l’autre.

Ces pierres cachées sont, pour moi, l’icône de Jésus, la pierre rejetée, devenue pierre d’angle. (Ac 4, 11)  Mon ministère, au sein de la Communion Béthanie, de l’enseignement catholique, me donne d’être aujourd’hui, une pierre visible. Quelle responsabilité !

Je souhaite rester connecté aux pierres cachées, ne jamais dissimuler ma part d’ombre, avoir toujours une vive conscience du nous, du collectif.

Alors, j’annoncerai à l’Église de ce temps son besoin d’être construite, re-construite par celles et ceux qui s’en croyaient exclus. « Vous êtes, vous aussi, des éléments de la construction pour devenir par l’Esprit-Saint la demeure de Dieu ». (Ep 2, 19-22)

 

Contact → Jean-Michel Dunand

Compléments

◊ Par le Christ, nous avons accès auprès du Père : cliquez ici pour lire l’article → Jésus est la pierre d’angle (Ac 4, 11)

◊ Première lecture de la messe du jour : cliquez ici pour lire l’article →   « Vous garderez mes décrets, vous les mettrez en pratique » (Dt 4, 1.5-9)

Liens externes

◊  Communion Béthanie: cliquez ici pour lire l’article → Qu’est-ce que la Communion Bethanie ?

◊  Cliquez ici pour lire l’article → À Mazille, des chrétiens homosexuels se ressourcent au Carmel de la Paix

◊ Fêté ce jour : cliquez ici pour lire l’article → Saint ROBERT (RUPERT) de SALZBOURG, évêque, missionnaire

Vidéothèque: cliquez ici pour voir → Le Carmel de la Paix à Manille

Publié dans Accueil sur mon blog, Carême, Enseignement, Page jeunesse, Religion, Rencontrer Dieu | Pas de Commentaires »

12345...9
 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS