• Accueil
  • > Recherche : vie jesus dessin

Résultats de votre recherche

Il m’a envoyé porter la Bonne Nouvelle aux pauvres.

Posté par diaconos le 2 septembre 2019

Lundi 2 septembre 2019

 Il m’a envoyé porter la Bonne Nouvelle aux pauvres. Aucun prophète ne trouve un accueil favorable dans son pays

Il m’a envoyé porter la Bonne Nouvelle aux pauvres..png 260

 

De l’Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

En ce temps-là, Jésus vint à Nazareth, où il avait été élevé. Selon son habitude, il entra dans la synagogue le jour du sabbat, et il se leva pour faire la lecture.    On lui remit le livre du prophète Isaïe. Il ouvrit le livre et trouva le passage où il est écrit : L’Esprit du Seigneur est sur moi parce que le Seigneur m’a consacré par l’onction. Il m’a envoyé porter la Bonne Nouvelle aux pauvres, annoncer aux captifs leur libération, et aux aveugles qu’ils retrouveront la vue, remettre en liberté les opprimés,     annoncer une année favorable accordée par le Seigneur.

Jésus referma le livre, le rendit au servant et s’assit. Tous, dans la synagogue, avaient les yeux fixés sur lui.  Alors il se mit à leur dire : «Aujourd’hui s’accomplit ce passage de l’Écriture que vous venez d’entendre» Tous lui rendaient témoignage et s’étonnaient des paroles de grâce qui sortaient de sa bouche. Ils se disaient : «N’est-ce pas là le fils de Joseph ?»  Mais il leur dit : «Sûrement vous allez me citer le dicton : “Médecin, guéris-toi toi-même”, et me dire : “Nous avons appris tout ce qui s’est passé à Capharnaüm : fais donc de même ici dans ton lieu d’origine !”»

Puis il ajouta : «Amen, je vous le dis : aucun prophète ne trouve un accueil favorable dans son pays. En vérité, je vous le dis : Au temps du prophète Élie, lorsque pendant trois ans et demi le ciel retint la pluie, et qu’une grande famine se produisit sur toute la terre, il y avait beaucoup de veuves en Israël ;  pourtant Élie ne fut envoyé vers aucune d’entre elles, mais bien dans la ville de Sarepta, au pays de Sidon, chez une veuve étrangère.

Au temps du prophète Élisée, il y avait beaucoup de lépreux en Israël ; et aucun d’eux n’a été purifié, mais bien Naaman le Syrien.» À ces mots, dans la  synagogue, tous devinrent furieux. Ils se levèrent, poussèrent Jésus hors de la ville, et le menèrent jusqu’à un escarpement de la colline où leur ville est construite, pour le précipiter en bas.     Mais lui, passant au milieu d’eux, allait son chemin. (Lc 4, 16-30)

Homélie

’Lévangéliste Luc veut partager ce que les témoins oculaires, des faits et gestes de Jésus, lui ont transmis. Alors il décide d’écrire à son ami Théophile pour qu’il se rende compte de la solidité des enseignements qu’il a reçu.

Les quatre évangélistes (Saint Matthieu, saint Marc, saint Luc et saint Jean), nous invitent à  la Bonne Nouvelle du salut annoncée aux pauvres.

Jésus enseignait dans les synagogues (Lc 4,15) : La synagogue est le lieu de l’assemblée religieuse, le lieu de l’écoute de la parole de Dieu et de la prière. Chaque dimanche, Jésus nous invite à la même démarche.

Comme Jésus le fit à la synagogue de Nazareth, (Lc 4,16a) il nous partage la Parole de Dieu. C’est dans la mesure où tu te nourriras de cette Parole que tu pourras en imprégner ta vie et en faire bénéficier les autres.

Les habitants de son  village s’étonnaient de son message  (Lc 4,22). D’autres firent, plus tard, la même expérience: les foules étaient frappées de son enseignement, car il parlait en homme qui avait autorité et non pas comme les scribes. (Mt 7, 28-29)

Dessin 1 : On  présenta le livre d’Isaïe à Jésus. Il l’ouvrit et il lut. (Lc 4,17)

lwf0000web.jpg

Dessin 2 : L’Esprit du Seigneur est sur moi parce que le Seigneur m’a consacré par l’onction. Il m’a envoyé porter la Bonne Nouvelle aux pauvres, annoncer aux prisonniers qu’ils sont libres, et aux aveugles qu’ils verront la lumière, apporter aux opprimés la libération.

056dweb.gif

Le mot-clé de cet extrait de l’Évangile selon Luc est «AUJOURD’HUI» . Ce salut annoncé par Jésus (Lc 4, 21) se réalise encore aujourd’hui. Il s’est déjà réalisé au temps de Jésus, lors de son passage à Nazareth. Il se réalise, dans nos villes et villages, chaque fois que des hommes, des femmes et des jeunes s’approchent de Jésus et accueillent sa Parole avec foi.

Jésus est Parole de Vie. Il t’invite à marcher avec lui pour le découvrir. Marcher avec lui, c’est méditer l’Évangile. C’est croire que Dieu vient te parler dans un coeur à coeur. Dieu  n’attend pas que tu sois parfait pour t’aimer. C’est aujourd’hui que s’accomplit cette parole d’amour pour toi en particulier et pour tous sans condition préalable.

À la messe, après la lecture de l’évangile, le célébrant élève le livre en disant : «Acclamons la Parole de Dieu». Et l’assemblée de répondre plus ou moins par habitude : «Gloire à toi, Seigneur». Sommes-nous convaincus que Jésus lui-même nous adresse la parole en ce moment ? Si nous prenions cela au sérieux , il nous faudrait répondre : «La Parole s’adresse à nous.»  Un dialogue s’instaure alors.  Des questions jailliront dans notre cœur.

Ce  texte et tous les autres textes de l’Évangile écrits il y a plus de 2000 ans et qui ont traversé l’Histoire sont écrits pour tous. Nous sommes les destinataires de l’Écriture car Dieu nous  parle au cœur. Dieu y prend la peine de nous parler avec un langage accessible. Amen

.Michel Houyoux, diacre permanent

Liens externes

◊ Étude détaillée du texte et commentaires : cliquez ici → Luc 4, 14 à 4.30

◊ Catéchèse familiale (Lc 1, 1-4 ; 4, 14-21) : cliquez ici → Aujourd’hui

◊ kHÓA 7 : cliquez ici →   Il m’a envoyé porter la Bonne Nouvelle aux pauvres

Homélie du père Nathanaël Valdenaire

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Catéchèse, Homélies, Page jeunesse, Religion, Temps ordinaire | Pas de Commentaires »

Tous ceux que vous trouverez, invitez-les à la noce

Posté par diaconos le 22 août 2019

Jeudi 22 août 2019

Tous ceux que vous trouverez, invitez-les à la noce

 « Le Royaume des cieux est comparable à un roi qui célébrait les noces de son fils ». La dimension nuptiale du Royaume est ici clairement mise en évidence. L’union nuptiale de Dieu avec son peuple, annoncée dans la Première Alliance, se trouve accomplie par la venue en ce monde de notre Seigneur Jésus-Christ : « Les compagnons de l’époux peuvent-ils mener le deuil tant que l’époux est avec eux ? » (Mt 9, 14). Le drame de la parabole qui nous est livrée ici se joue dans la réponse à l’appel du roi de ceux qu’il invite aux noces de son fils.

« Le Royaume des cieux est comparable à un roi qui célébrait les noces de son fils ». La dimension nuptiale du Royaume est ici clairement mise en évidence. L’union nuptiale de Dieu avec son peuple, annoncée dans la Première Alliance, se trouve accomplie par la venue en ce monde de notre Seigneur Jésus-Christ : « Les compagnons de l’époux peuvent-ils mener le deuil tant que l’époux est avec eux ?» (Mt 9, 14). Le drame de la parabole qui nous est livrée ici se joue dans la réponse à l’appel du roi de ceux qu’il invite aux noces de son fils.

De l’Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

En ce temps-là, Jésus se mit de nouveau à parler aux grands prêtres et aux anciens du peuple, et il leur dit en paraboles : «Le royaume des Cieux est comparable à un roi qui célébra les noces de son fils.

Il envoya ses serviteurs appeler à la noce les invités, mais ceux-ci ne voulaient pas venir. Il envoya encore d’autres serviteurs dire aux invités : “Voilà : j’ai préparé mon banquet, mes bœufs et mes bêtes grasses sont égorgés ; tout est prêt : venez à la noce.”

Mais ils n’en tinrent aucun compte et s’en allèrent, ’un à son champ, l’autre à son commerce ; les autres empoignèrent les serviteurs, les maltraitèrent et les tuèrent.

Le roi se mit en colère, il envoya ses troupes, fit périr les meurtriers et incendia leur ville. Alors il dit à ses serviteurs : “Le repas de noce est prêt, mais les invités n’en étaient pas dignes.

Allez donc aux croisées des chemins : tous ceux que vous trouverez, invitez-les à la noce.” Les serviteurs allèrent sur les chemins, rassemblèrent tous ceux qu’ils trouvèrent, les mauvais comme les bons, et la salle de noce fut remplie de convives. Le roi entra pour examiner les convives, et là il vit un homme qui ne portait pas le vêtement de noce.

Il lui dit : “Mon ami, comment es-tu entré ici, sans avoir le vêtement de noce ?”  L’autre garda le silence. Alors le roi dit aux serviteurs : “Jetez-le, pieds et poings liés, dans les ténèbres du dehors ; là, il y aura des pleurs et des grincements de dents.”     Car beaucoup sont appelés, mais peu sont élus.» (Mt 22, 1-14)

Homélie

Lorsque des noces étaient imminentes, dans la tradition des invitations du Moyen-Orient 28imedimancheordinaireanneaweb.gifancien, il y avait deux invitations : la première qui annonçait qu’il allait y avoir des noces, la deuxième pour chercher les invités. Les premiers serviteurs envoyés furent ceux qui annoncèrent la fête, et beaucoup parmi les prévenus, nous dit l’évangile, n’en eurent cure : ceux-ci ne voulurent pas venir.

La deuxième invitation se fit en allant chercher les invités :  on leur laissa le temps de se préparer et en plus, on les emmena. Là, la deuxième série des serviteurs se fit même tuer…  : «Ils n’en tinrent aucun compte, et s’en allèrent, l’un à son champ, l’autre à son commerce ; les autres empoignèrent les serviteurs, les maltraitèrent et les tuèrent»

Il ne s’agit pas d’une vieille histoire du passé. Les invitations sont toujours très actuelles. C’est à chaque personne que Dieu a envoyé une invitation. Oui, Dieu nous invite à un banquet où il y a de la place pour tout le monde.

Comprenons-nous  bien le sens de cette histoire ?

  1. Les juifs à qui Jésus est venu apporter l’invitation au grand festin du Royaume de Dieu refusèrent de s’y rendre.

  2. Avant lui les prophètes payèrent  de leur vie l’appel urgent à la conversion qu’ils adressèrent à Israël. Jésus savait qu’il subira le même sort.

  3. Jérusalem, la ville des meurtriers, fut détruite en l’an 7o. (Voir ci-dessous la note historique)

  4. La Bonne Nouvelle de l’Évangile est proposée à tous (Allez enseigner toutes les nations…). Un nouveau peuple de Dieu est né, l’Église.

  5. Ce verset signifie qu’il ne suffit pas d’être entré dans l’Église pour être sauvé ;  mais que nous devons devenir dignes de la grâce reçue, représentée dans le texte par le vêtement de noce.

Histoire - Pour les chrétiens, aux alentours de l’an 33, Jésus de Nazareth ou Jésus-Christ y fut condamné à mort et exécuté sur une colline voisine de la ville, Golgotha. Suit la première révolte des Juifs de 66, racontée en détails par Flavius Josèphe dans la Guerre des Juifs. Cette révolte est réprimée et écrasée en 70 après J.-C., entraînant la destruction quasi-complète de la ville par Titus. Les Juifs sont massivement exilés et dispersés dans l’empire : c’est la constitution de la deuxième diaspora, et la narration du Nouveau Testament se termine sur cet épisode.

♦ Pour d’autres renseignements historiques sur cette période, cliquez sur les mots écrits en bleu.

lwf0003web.gif

Mot pour les jeunes 

Aimes-tu dessiner ?

  • Clique sur le dessin de ton choix pour le voir plus grand, l’imprimer et le colorier.
  •  Souhaites-tu montrer tes dessins dans la rubrique “Page jeunesse”, et y faire figurer ta photo, signaler ton âge et ta localité ? Il te suffit de me les faire parvenir par mail en “document attaché” à l’adresse : michel.houyoux@outlook.fr » . Fais-toi aider par un membre de ta famille si tu n’en sors pas. Tu peux y mentionner ton prénom, ton âge, ta localité (pays ?) et aussi un petit commentaire en rapport avec le thème proposé. Avec un peu d’imagination, tu peux réaliser de jolis dessins. Pour voir les dessins en plus grand, clique deux fois dessus.

  •    Aimerais-tu colorier d’autres dessins bibliques ? Dans la colonne de droite, sous le titre “Catégories”, clique sur le titre “Dessins et Bible” et choisis ceux que tu aimes colorier.

diacre Michel Houyoux

Liens externes

◊ Chorale belgo-burundaise CFSA : cliquez ici pour lire l’article →   Le festin du Royaume des cieux

◊ Regnum Christi, légionnaires du Christ   : cliquez ici pour lire l’article →  Tous ceux que vous trouverez, invitez-les à la noce

Film chrétien : « Briser les chaînes et courir »

Image de prévisualisation YouTube
                                                 

Publié dans Catéchèse, comportements, Histoire, Page jeunesse, Religion, Temps ordinaire | Pas de Commentaires »

Ton regard est-il mauvais parce que moi, je suis bon ?

Posté par diaconos le 21 août 2019

Mercredi 21 août 2019

Ton regard est-il mauvais parce que moi, je suis bon ?

Relisez la Parabole. Les deux premiers serviteurs sont heureux, le troisième malheureux, je dirais même déprimé. Si ce n'est le niveau de "talents", qu'est-ce qui peut bien nous apporter le bonheur ? Je vais vous donner une piste : une chose différencie énormément la situation des 2 premiers de celle du dernier. Les premiers ont su utiliser leurs "talents", le dernier ne l'a pas fait. Or plus j'avance en âge, plus je me rends compte que ce n'est ni le niveau de richesse, ni le niveau de dons intellectuels qui rend heureux, mais le fait de réussir à exploiter ses dons.

Relisez la Parabole. Les deux premiers serviteurs sont heureux, le troisième malheureux, je dirais même déprimé. Si ce n’est le niveau de « talents », qu’est-ce qui peut bien nous apporter le bonheur ?
Je vais vous donner une piste : une chose différencie énormément la situation des deux premiers de celle du dernier. Les premiers ont su utiliser leurs « talents », le dernier ne l’a pas fait. Or plus j’avance en âge, plus je me rends compte que ce n’est ni le niveau de richesse, ni le niveau de dons intellectuels qui rend heureux, mais le fait de réussir à exploiter ses dons.

De l’Évangile selon saint Matthieu

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples cette parabole : « Le royaume des Cieux est comparable au maître d’un domaine qui sortit dès le matin afin  d’embaucher des ouvriers pour sa vigne. Il se mit d’accord avec eux sur le salaire de la journée : un denier, c’est-à-dire une pièce d’argent, et il les envoya à sa vigne.
Sorti vers neuf heures, il en vit d’autres qui étaient là, sur la place, sans rien faire. Et à ceux-là, il dit : “Allez à ma vigne, vous aussi, et je vous donnerai ce qui est juste.” Ils y allèrent. Il sortit de nouveau vers midi, puis vers trois heures, et fit de même. Vers cinq heures, il sortit encore, en trouva d’autres qui étaient là et leur dit : “Pourquoi êtes-vous restés là, toute la journée, sans rien faire ?” Ils lui répondirent : “Parce que personne ne nous a embauchés.”

Il leur dit : “Allez à ma vigne, vous aussi.” Le soir venu le maître de la vigne dit à son intendant : “Appelle les ouvriers et distribue le salaire, en commençant par les derniers pour finir par les premiers.” Ceux qui avaient commencé à cinq heures s’avancèrent et reçurent chacun une pièce d’un denier. Quand vint le tour des premiers, ils pensaient recevoir d’avantage, mais ils reçurent, eux aussi, chacun une pièce d’un denier.

En la recevant, ils récriminaient contre le maître du domaine : “Ceux-là, les derniers venus, n’ont fait qu’une heure, et tu les traites à l’égal de nous, qui avons enduré le poids du jour et de la chaleur !” Mais le maître répondit à l’un d’entre eux : “Mon ami, je ne suis pas injuste envers toi. N’as-tu pas été d’accord avec moi pour un denier ?

Prends ce qui te revient, et va-t’en. Je veux donner au dernier venu autant qu’à toi : n’ai-je pas le droit de faire ce que je veux de mes biens  ? Ou alors ton regard est-il mauvais parce que moi, je suis bon ?” C’est ainsi que les derniers seront premiers, et les premiers seront derniers. (Mt 20, 1-16)

Homélie Propriétaire qui embauche des travailleurs pour sa vigne

Mt 20, 1-2 : «  Jésus disait cette parabole : « Le Royaume des cieux est comparable au maître d’un domaine qui sortit au petit jour afin d’embaucher des ouvriers pour sa vigne.  Il se mit d'accord avec eux sur un salaire d'une pièce d'argent pour la journée, et il les envoya à sa vigne. »  Le Royaume des cieux est comparable au maître d’un domaine qui sortit au petit jour afin d’embaucher des ouvriers pour ses vignes.

Le propriétaire du domaine se mit d’accord avec eux sur un salaire d’une pièce d’argent pour la journée, et il les envoya à sa vigne.

Il en engagea d’autres vers neuf heures,  vers midi et vers dix-sept heures. Le soir venu, le propriétaire du domaine rassembla ses ouvriers ; il remit à chacun un denier, en commençant par les derniers pour finir par les premiers. Les premiers embauchés récriminèrent contre le maître du domaine : « Ces derniers venus n’ont fait qu’une heure, et tu les traites comme nous, qui avons enduré le poids du jour et de la chaleur ! »

Mais le propriétaire du domaine répondit à l’un d’entre eux : ‘Mon ami, je ne te fais aucun tort. N’as-tu pas été d’accord avec moi pour un denier ? 1

Note -  Au temps de Jésus (à Jérusalem), une pièce d’argent équivalait à un peu moins que quatre deniers. Sous Tibère, un soldat des cohortes de vigiles, à Rome, gagnait 150 deniers par an (plus les primes) : son salaire journalier valait 0,411 denier. Donc le salaire reçu par chaque ouvrier de la parabole correspond à environ dix jours de salaire d’un de ces soldats !

°°°°°°°°°°

CatéchèseDieu nous parle toujours personnellement à travers les paraboles, à chaque fois que nous les lisons dans la prière Il nous fait découvrir quelque chose de nouveau. Dans cette parabole (histoire) qu’il nous raconte, Jésus fit une comparaison entre différents groupes de travailleurs. Comme tant d’autres cette histoire nous parle du Royaume des cieux.

Chacun des groupes de travailleurs représente dans ce texte une nation ou une classe sociale. Certains reçurent la parole de Dieu depuis longtemps. Ainsi en fut-il des premiers ancêtres du peuple de Dieu  (Genèse au chapitre 12 : Abraham et  son peuple). Au cours des années, Dieu appela d’autres à travailler pour son Royaume.

Dans cette parabole, le propriétaire de la vigne se préoccupa des chômeurs : plusieurs fois dans la journée il alla en engager pour travailler dans son vignoble. Sa préoccupation fut qu’ils furent suffisamment payés pour assurer une vie décente à leur famille. La justice de Dieu se conforme aux besoins des personnes.

lwf0003web.gif

Aimes-tu dessiner ?

 * Clique sur le dessin de ton choix pour le voir plus grand, l’imprimer et le colorier.

  •  Souhaites-tu montrer tes dessins dans la rubrique “Page jeunesse”, et y faire figurer ta photo, signaler ton âge et ta localité ? Il te suffit de me les faire parvenir par mail en “document attaché” à l’adresse : “michel.houyoux@outlook.fr” . Fais-toi aider par un membre de ta famille si tu n’en sors pas. Tu peux y mentionner ton prénom, ton âge, ta localité (pays ?) et aussi un petit commentaire en rapport avec le thème proposé. Avec un peu d’imagination, tu peux réaliser de jolis dessins. Pour voir les dessins en plus grand, clique deux fois dessus.

  •    Aimerais-tu colorier d’autres dessins bibliques ? Dans la colonne de droite, sous le titre « Catégories », clique sur le titre « Dessins et Bible » et choisis ceux que tu aimes colorier.                                

diacre Michel Houyoux

Liens externes

◊ Idées-Caté : cliquez ici pour lire l’article →  Parabole des talents

◊ KT42  : cliquez ici pour lire l’article → Caté, diaporama, BD : La parabole des talents

La parabole des talents

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Catéchèse, Histoire, Histoire du Salut, Religion, Temps ordinaire | Pas de Commentaires »

Levant les yeux au ciel, il prononça la bénédiction ; il rompit les pains, il les donna aux disciples, et les disciples les donnèrent à la foule .

Posté par diaconos le 5 août 2019

Lundi 5 août 2019

Levant les yeux au ciel, il prononça la bénédiction ; il rompit les pains, il les donna aux disciples, et les disciples les donnèrent à la foule 

La multiplication des pains, Jean 6, 1-15.jpg  150De l’Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

En ce temps-là,  quand Jésus apprit la mort de Jean le Baptiste, il se retira et partit en barque pour un endroit désert, à l’écart. Les foules l’apprirent et, quittant leurs villes, elles suivirent à pied. En débarquant, il vit une grande foule de gens ; il fut saisi de compassion envers eux et guérit leurs malades. Le soir venu, les disciples  s’approchèrent et lui dirent : « L’endroit est désert et l’heure est déjà avancée. Renvoie donc la foule : qu’ils aillent dans les villages s’acheter de la nourriture ! »
Mais Jésus leur dit : « Ils n’ont pas besoin de s’en aller. Donnez-leur vous-mêmes à manger. »

Alors ils lui disent : « Nous n’avons là que cinq pains et deux poissons. » Jésus dit : « Apportez-les moi. » Puis, ordonnant à la foule de s’asseoir sur l’herbe, il prit les cinq pains et les deux poissons, et, levant les yeux au ciel, il prononça la bénédiction ; il rompit les pains, il les donna aux disciples, les disciples les donnèrent à la foule. Ils mangèrent tous et ils furent rassasiés. On ramassa les morceaux qui restaient : cela faisait douze paniers pleins. Ceux qui avaient mangé étaient environ cinq mille, sans compter les femmes et les enfants. (Mt 14, 13-21)

Homélie Miracle de la multiplication des pains

Ce récit de la multiplication des pains se trouve dans les quatre évangiles, ce qui est rare. Il se retrouve identique chez Marc (Mc 6, 35-44), en

partie chez Luc (Lc 9,12-17) et aussi dans la première section du chapitre 6 de l’Évangile de Jean (Jn 6, 1-27), chapitre très important où il est question du pain de vie (Jn 6, 1-56). Au début du christianisme, la transmission des informations (enseignement, catéchèse, faits et gestes de Jésus, …) se faisait oralement ; il y avait donc des idées communes et des mots clés qui aidaient à les enchaîner l’une à l’autre. Dans ces quatre récits, le pain est l’un des points communs.

ILevant les yeux au ciel, il prononça la bénédiction ; il rompit les pains, il les donna aux disciples, et les disciples les donnèrent à la foule . dans Religion lamultiplicationdespainsschnorrev13l y a une autre multiplication des pains dans l’Évangile de Matthieu (Mt 15, 32-38) et également dans celui de Marc (Mc 8, 1). Chez ce dernier, les deux multiplications diffèrent en plusieurs points : le nombre de pains, le nombre des poissons, le nombre des participants mais aussi le nombre de paniers. Le nombre douze fait penser aux douze tribus d’Israël et aux douze apôtres.

Quant au nombre sept, il rappelle les sept nations païennes qui occupaient le pays de Canaan mais aussi les sept premiers diacres. Selon Matthieu et Marc, il y a donc eu deux miracles de multiplication des pains. L’un de ces miracles a eu lieu en Galilée et l’autre à l’est du lac de Tibériade. Cette multiplication des pains est le symbole du repas messianique (Matthieu 8,11; Marc 14, 25), de la communion de table et du festin céleste que Jésus prépare aux siens.

Tout ce qui touche l’alimentation et principalement le pain avaient une place importante dans le judaïsme De là les questions posées à Jésus et les réponses qu’il donna.

  • Quelques exemples…
  1.  » Pourquoi tes disciples laissent-ils de côtés la tradition des anciens ? Ils ne se lavent pas les mains quand ils prennent leur repas. »  Jésus répondit : » Et vous pourquoi laissez-vous de côté le commandement de Dieu au nom de votre tradition ? (Mt 15, 2-3)

  2.   »Or il arriva, au sabbat second-premier, qu’il passait au travers des blés ; et ses disciples arrachaient les épis, et, les froissant entre leurs mains, ils les mangeaient. Mais quelques-uns des pharisiens leur dirent : « Pourquoi faites-vous ce qu’il n’est pas permis de faire les jours de sabbat ? »

  3. Et Jésus, répondant, leur dit : « N’avez-vous pas même lu ce que fit David, quand il eut faim, lui et ceux qui étaient avec lui ?

  4. Comment il entra dans la maison de Dieu, et prit les pains de proposition, et en mangea, et en donna aussi à ceux qui étaient avec lui, bien qu’il ne soit permis qu’aux seuls sacrificateurs d’en manger ?  (Lc 6, 1-4 ; Mt 12, 3-4)

  5. En se rendant sur l’autre rive, les disciples avaient oublié de prendre du pain.  Jésus leur dit :  » Attention ! Méfiez-vous du levain des pharisiens et des sadducéens. »» Ils discutaient entre eux en disant : « C’est parce que nous n’avons pas pris de pain. «   Mais Jésus s’en aperçut et leur dit : « Hommes de peu de foi, pourquoi discutez-vous entre vous sur ce manque de pain ?  » (Mt 16, 5-8)

Même le pain des enfants donnait l’occasion de compléter les enseignements sur l’eucharistie. Dans son discours sur le pain de vie (Évangile de Jean, au chapitre 6), Jésus veut nous faire comprendre que nous devons venir à lui qui est le vrai  pain pour avoir la vie éternelle.

Note  La fête des pains sans levain rappelle le temps quand DIEU a sorti le peuple d’Israël hors de l’Égypte : « Vous observerez la fête des pains sans levain, car c’est en ce jour même que j’aurai fait sortir vos armées du pays d’Égypte; vous observerez ce jour comme une loi perpétuelle pour vos descendants.  Le premier mois, le quatorzième jour du mois, au soir, vous mangerez des pains sans levain jusqu’au soir du vingt et unième jour.  Pendant sept jours, il ne se trouvera point de levain dans vos maisons; car toute personne qui mangera du pain levé sera retranchée de l’assemblée d’Israël, que ce soit un étranger ou un indigène. Vous ne mangerez point de pain levé; dans toutes vos demeures, vous mangerez des pains sans levain. » (Ex 12, 17-20)

L’utilisation du pain dans les cérémonies religieuses, tout particulièrement à l’occasion des grandes fêtes, est fréquente dans le judaïsme,  par exemple dans le  rite des deux « hallot » du sabbat dont l’origine se trouve dans le Lévitique au chapitre 23, versets 17 et suivants.

Dans le judaïsme, le pain a un le rôle central aux trois grands moments de la vie (naissance, mariage et mort).Par exemple, dans une communauté juive, le premier-né est racheté par le don d’un pain tressé (le halla).

Compléments

◊ Catéchèse : cliquez ici → doc dans Nouveau Testament La multiplication des pains (Mt 14, 16-21)

Jeunes talents, à vos pinceaux : cliquez ici → doc Réalise un beau dessin sur la multiplication des pains

Liens externes

◊ Catholique.org.  : cliquez ici → doc Multiplication des pains – Les méditations

◊ Questions de foi    : cliquez ici → docTabgha, la multiplication des pains

La multiplication des pains, Jean 6, 1-15

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Religion, Temps ordinaire | Pas de Commentaires »

1...34567...31
 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS