Première mission de Paul en Pamphilie et en Syrie

Posté par diaconos le 21 mai 2019

ACTES DES APÔTRES

Paul et Barnabé, revenus à Iconium et à Antioche de Pisidie affermissaient le courage des disciples ; ils les exhortaient à persévérer dans la foi, en disant : «Il nous faut passer par bien des épreuves pour entrer dans le royaume de Dieu.»

Paul et Barnabé, revenus à Iconium et à Antioche de Pisidie affermissaient le courage des disciples ; ils les exhortaient à persévérer dans la foi, en disant : «Il nous faut passer par bien des épreuves pour entrer dans le royaume de Dieu.»

Paul et Barnabé, revenus à Iconium et à Antioche de Pisidie, affermissaient le courage des disciples ; ils les exhortaient à persévérer dans la foi, en disant : « Il nous faut passer par bien des épreuves pour entrer dans le royaume de Dieu. »  Ils désignèrent des Anciens pour chacune de leurs Églises et, après avoir prié et jeûné, ils confièrent au Seigneur ces hommes qui avaient mis leur foi en lui.

Ils traversèrent la Pisidie et se rendirent en Pamphylie. Après avoir annoncé la Parole aux gens de Pergé, ils descendirent vers Attalia, 26 et prirent le bateau jusqu’à Antioche de Syrie, d’où ils étaient partis ; c’est là qu’ils avaient été remis à la grâce de Dieu pour l’oeuvre qu’ils venaient maintenant d’accomplir. 27 A leur arrivée, ayant réuni les membres de l’Église, ils leur racontaient tout ce que Dieu avait fait avec eux, et comment il avait ouvert aux nations païennes la porte de la foi. (Ac 14, 21b-27)

Commentaire  Paul et Barnabé, revenus de leur premier voyage missionnaire, racontent aux fidèles de Syrie comment Dieu a ouvert aux nations païennes la porte de la foi.

Note 1 : Barnabé († v. 60) est un personnage du Nouveau Testament. Il est considéré comme un saint par les catholiques romains (fêté le 11 juin) et les orthodoxes. Né dans l’île de Chypre, Barnabé ne fait pas partie des douze apôtres, mais l’Église lui en attribue le titre pour la part prise par lui dans la diffusion de la parole du Christ. Il est le cousin de Marc l’évangéliste. Il met tous ses biens à la disposition des apôtres. Barnabé accompagne Paul de Tarse dans ses premières missions chez les païens. Il est mentionné dans les Actes des Apôtres au chapitre 15 concernant ce que l’on a appelé le concile de Jérusalem.

Note 2 : Konya est une ville de Turquie, préfecture de la province du même nom. C’est l’ancienne Iconium

Note 3 : La Pisidie est une ancienne région de l’Asie Mineure, bordée au nord par la Lycaonie, à l’est par la Cilicie, au sud par la Pamphylie et à l’ouest par la Phrygie.

Note 4 : Antalya, nom moderne d’Attalia.

Compléments

HistoirePremière mission de Paul en Pamphilie et en Syrie (Ac 14, 21-27)

◊ Prends au sérieux les paroles de Jésus : cliquez ici pour lire → Si quelqu’un m’aime, il restera fidèle à ma parole. (Jn 14, 23)

 Liens externes

◊ Saint Merry : cliquez ici pour lire l’article →  Comme je vous ai aimés, vous aussi.

◊ Église du Québec  : cliquez ici pour lire l’article → JE VOUS DONNE MA PAIX

Je vous donne ma Paix

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Catéchèse, Enseignement, Histoire, Nouveau Testament, Page jeunesse, Religion, Rencontrer Dieu, Temps pascal | Pas de Commentaire »

If anyone loves me, they will stay true to my word.

Posté par diaconos le 20 mai 2019

Homily for the sixth Sunday of Easter, year C

If Anyone Loves Me He Will Keep My Word 200If anyone loves me, they will stay true to my word

« If any man love me, he will remain faithful to my word; my Father will love him, we will come to him, we will go and stay with him. » (Jn 14, 23) – Jesus promises us that God will come to dwell in the hearts of the people who welcome him and believe in him. In other words, it will only be recognized as a gift by those who really love it.

In our current world, we admire Jesus as a model, we have nothing against him but we leave him aside by professing : « I am a believer not practicing » It is just as absurd as saying : « I am hungry but I do not eat. » Jesus is alive and well and he is always active in the world. His message should make us think. Christ affirms that he is present through the true believers in whom he dwells.

« If anyone loves me, they will stay true to my word » – Between people who love each other, there is listening, dialogue, speech, communication. Nothing worse in a couple than not listening, not talking. Communication allows for adaptation. It is essential to live together! If we talk to each other, we can adjust, know our new desires and respond to them.

The words of Jesus are Words of Love – Actions are not enough : a sacrament is only valid if there has been a gesture (water of baptism) and a word (I baptize you). In love it’s the same! It is up to each of us to find these happy words that spring from our hearts.  Jesus speaks to us of a Word to which we are faithful, a word put into practice : « Love one another as I have loved you. »

Jesus speaks to us of a Word that, when lived, makes it truly present : « Whoever welcomes one of these little ones welcomes me » (Mt 18,5). The presence of the risen and living Christ can be seen concretely in the lives of the true disciples. To do this, let us lead ourselves as friends of Jesus, the Christ, through the witness of our obedient life to the Father’s calls. Let us lead ourselves as friends of God through true brotherly love for one another, through a prayer that manifests our joy in spending time with our friend.
Amen
Michel Houyoux, permanent deacon

External links

◊ Click here → The Sixth Sunday of Easter in Year C

If Anyone Loves Me He Will Keep My Word

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Enseignement, évangiles, Homélies, Religion, Rencontrer Dieu, Temps pascal | Pas de Commentaire »

Seigneur, vers qui pourrions-nous aller ? Tu as les paroles de la vie éternelle.

Posté par diaconos le 14 mai 2019

Seigneur, vers qui pourrions-nous aller.png 200 Au moment où Jésus révèle le don extraordinaire qu’il fait au monde, le don de sa personne sous les espèces eucharistiques, il subit le rejet le plus catégorique de ceux qui sont pourtant ses disciples.  Cependant, l’Eucharistie est un tel mystère, qu’on le comprend à peine. Ce mystère est tellement déconcertant qu’il devient la pierre d’achoppement de la foi authentique du croyant.

 Dans la Synagogue de Capharnaüm, le Christ parla  crûment aux Juifs de l’Eucharistie : il les invita à manger sa chair et à boire son sang. Il était impossible pour les juifs d’entendre ces mots dans un sens symbolique ou figuré. Le sang étant d’ailleurs réservé à Dieu dans les sacrifices. Les juifs furent scandalisés. « Cela vous heurte ? » (Jn 6, 61b) leur demanda Jésus.

 Décontenancés, voire choqués,  beaucoup de ses disciples s’en allèrent et cessèrent de marcher avec lui. ( Jn 6, 66) Jésus ne fit rien pour les récupérer, Il les laissa partir pour que le monde sache bien que le pain eucharistique n’est pas un symbole ni un simple mémorial mis sa présence réelle sous les apparences eucharistiques.

 L’Eucharistie est un geste réaliste où Dieu se donne réellement. Le mystère est si déconcertant que les apôtres furent troublés. Jésus voyant  leur hésitation leur dit : « Vous aussi vous allez me quitter ? » (Jn 6, 67) Heureusement Pierre étant  là, il sauva la situation : «Seigneur, vers qui pourrions-nous aller ? Tu as les paroles de la vie éternelle. » (Jn 6, 68)

 Cette parole de Pierre ne veut pas dire qu’il avait tout compris du discours sur le pain de vie, et encore moins du don du Corps et du Sang du Christ pour la vie du monde. Pierre fut prêt à mettre toute sa confiance en Jésus dans la foi, puis à engager toute sa vie auprès de lui.  Quelles que soient les instructions et les exigences du Christ, Pierre reconnut avoir tissé avec lui des liens que nul ne saurait briser. Nous sommes ici au cœur de la foi, dans une relation personnelle solidement établie sur la confiance.

 Choisir est probablement une des choses les plus difficiles de notre existence : d’abord parce que cela suppose de prendre un risque, et ensuite parce qu’un choix même définitif doit être renouvelé. Tout au long de notre vie nous avons de nombreux choix à faire. Les faire est relativement aisé dans la plupart des cas.

  Le défi lancé par Jésus à ses disciples est celui d’un engagement inconditionnel. Il n’y a pas de si, ni de ou, ni de mais. Pour beaucoup de gens, c’est ce qu’il y a de plus difficile dans toute forme d’engagement humain: la fidélité dans la durée. Dans une telle perspective, beaucoup se désistent : ils veulent garder leurs options ouvertes.

Saint Pierre a choisi  de poursuivre fidèlement sa route avec le Christ. Il réalise combien nulle autre option ne pourrait lui assurer le bonheur, ni le sens, ni la joie, ni la puissance qui lui viennent de Dieu. Comme saint Paul, il sait que son option est de loin la meilleure; il sait en qui il a mis sa foi.

Aujourd’hui,  Jésus nous relance le même défi que Josué lança autrefois au peuple d’Israël: « Choisissez aujourd’hui qui vous voulez servir ! »  (Josué 24, 15b)

 Nous sommes appelés à développer chaque jour, nos réflexes de foi pour reconnaître le Christ partout où il se trouve. :  rencontrons-le par la prière quotidienne,  voyons-le dans les personnes que nous rencontrons  sur  la rue, aux repas, etc. Découvrons-le dans la beauté de  la nature… Rendons-lui grâce pour tout et à propos de tout, particulièrement lorsque nous venons à la messe.  Quelle belle manière que voilà, de nous  préparer à la venue définitive du Seigneur dans notre  vie !

Nous sommes également appelés à maintenir et à développer notre espérance en la venue du Seigneur au cours et à la fin de notre vie. Le temps qui passe est précieux. Ne gâchons pas notre vie en ne nous donnant qu’aux réalités périssables. Ce qui est définitif, c’est le verre d’eau donné, le morceau de pain partagé, le réconfort apporté au malade, le temps consacré à l’enfant qui pleure, l’aumône faite dans le secret, la présence aux autres, l’accueil de l’étranger, le pardon. En un mot, tout ce que nous accomplissons par amour nous achemine directement vers l’entrée dans la joie éternelle.

Ce qui n’est pas facile, c’est d’être fidèles et conséquents avec chacun des choix que nous avons faits. En choisissant Dieu nous avons renoncé à tous les autres dieux.  En choisissant un époux ou une épouse, la femme et l’homme renoncent à tous les autres candidats ou toutes les autres candidates possibles, et à toutes les personnes encore plus merveilleuses qui pourront être rencontrées plus tard dans leur vie. En choisissant le Christ, nous renonçons à tous les faux prophètes. Heureux ceux et celles qui pourront lui répondre: « Seigneur, vers qui pourrions-nous aller ? Tu as les paroles de la vie éternelle. »

 lwf0004.gif Michel Houyoux, diacre permanent

Compléments

◊   Père Jean Compazieu : cliquez ici pour lire l’article  Le Pain de Vie : Dieu n’abandonne jamais les siens.

◊ Faire le bon choix  : cliquez ici pour lire l’article  Apprenez à faire le bien : recherchez le droit (Is 1, 10.16-20)

◊Le saint du jour : cliquez ici pour lire l’article → Saint Matthias, apôtre

Liens externes

◊ Catholique.org   : cliquez ici pour lire l’article    Seigneur, à qui irions-nous ? Tu as les paroles de la vie éternelle.

Seigneur, tu as les paroles de la vie éternelle ! / Pierre Desroches

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Page jeunesse, Religion, Rencontrer Dieu, Temps pascal | Pas de Commentaire »

I am the good shepherd, the real shepherd. (Jn 10, 11)

Posté par diaconos le 12 mai 2019

II am the good shepherd, the real shepherd. (Jn 10, 11).png 180n Jesus’ time, shepherds and sheep were part of daily life.  The position of shepherd was a profession of trust and risk. One could fear bandits but also carnivores, such as the wolf, for example, which did not hesitate to approach the flock to take a lost lamb or a weakened sheep.

To become a good shepherd, you had to do a long apprenticeship in the field. Rough man, the shepherd should not fear men or wild animals. Used to living with animals, he knew them and rescued them if necessary. He was like a father to them. Every morning, as he passed by, he called them and, leaving their sheepfolds spontaneously, they followed him with confidence.

In this excerpt from John’s Gospel, Jesus presents us with two kinds of shepherds: against hired shepherds who conduct themselves out of interest and abandon the sheep in the face of danger, Jesus is in a personal relationship with each one and gives his life for them. On the other hand, Jesus recognizes for His own the sheep that are not in the sheepfold.

In Jesus’ teaching, the place of the shepherd is important. Especially in the 138bweb.gifparabolas where the shepherd does not hesitate to abandon the flock in search of the lost sheep (Mt 18:12), or when he presents himself as the one who separates the sheep from the goats (Mt 25, 32).

Jesus sees his mission as that of a shepherd sent to the lost sheep to bring them back to the Father’s house (Mt 15:24), himself being like a spotless lamb, sheared and put to death. Identification of the shepherd with the paschal lamb.

A mission that Jesus delegates to his disciples: « I send you like sheep among wolves » (Mt 10:16) and that he repeats during Peter’s restoration after his triple denial: « Feed my sheep » (Jn 21, 16). In this text, the relationship between the Shepherd and his sheep is compared with the relationship that Jesus personally has with his Father. (Jn 10, 14-15)

Jesus, the good shepherd, the good shepherd, the good shepherd is to be understood in the sense that he looks at us all, without exception, as a precious good to be preserved. It is to real life and true happiness that he wants to lead us.

For Jesus, there is no one lost, despised, sick or wounded person who should not be rescued. Jesus wants to be a universal pastor. Our own vocation cannot be any less. We are responsible for the people who are entrusted to us, to whom we are sent, for those who are waiting for a helping hand. We all have a pastoral task to accomplish.

To those for whom we are responsible (parents, children, students…), is our attitude that of the mercenary or that of the true pastor  ?

lwf0003web.gif

I am the good shepherd, the real shepherd

Today, on this « World Day of Prayer for Vocations », Christians all over the world are invited to reflect on the meaning of priestly, religious and missionary vocations and to pray that they will be encouraged, supported and welcomed in all environments ! « Jesus had said to the Jews: « I am the good shepherd (the true shepherd)… My sheep listen to my voice; I know them and they follow me. »

We must not minimize this expression that Jesus uses to make us understand what his program as Pastor of souls is: to lead us to the Kingdom. Throughout the ancient East, kings referred to themselves as the pastors of their nation. David, one of Israel’s first political leaders was a shepherd from Bethlehem (1 Sm 17, 34.35). The ideal king of the future, the messiah, the new David, was announced as a « pastor ».

« I will raise up a pastor who will feed them… » (Ez 34, 23). The model of every pastor and master is Jesus, the good shepherd, the light of our lives. He, gentle and humble of heart, knows his sheep and his sheep know him. He gives them Life. He gives them his own life. And it is above all there that we draw a daily grace for the progress of our lives.

« My sheep listen to my voice, I know them and they follow me » The three verbs spoken here, by Jesus, are action verbs :
1° Listening: this is one of the essential attitudes for the relationship between two beings. To know how to listen… a sign of authentic love! How many times, in a meeting or in a group we don’t really know how to listen!  Listen, this is the beginning of faith. Listening to the voice of Jesus means welcoming his Word with faith and trust. It is the Word of God that gathers all the faithful in the Name of the Father and the Son under the movement of the Holy Spirit. Are we listening to the voice of the Good Shepherd ? Do we follow him where he calls us

  2° To follow : expresses a free attitude; to follow someone is to attach oneself to them. Follow me, said Jesus (Jn 1, 43)
3° Knowing: it is love that really makes someone know someone, even to the point of transparency. It is this intimacy, mutual understanding, deep esteem, communion of minds and bodies that marks conjugal love. (Gn 4:1)
. What a hope for our journeys to know that the Lord himself is there, who guides, enlightens and teaches us every day, defends and heals us. He, Christ, is the Shepherd of our souls, and he gives us to be nourished and watered with the consecrated bread and wine of his Eucharist. Thank you Lord for everything you do for us
In this « SUNDAY OF VOCATIONS », we are asked to ask the Master of the Harvest to find workers for his vineyard, pastors for his people… For the FAITH to grow in the CHURCH, we need teachers from the FAITH and on the order of Jesus, we must ask the Master of the Harvest to choose workers who will continue to build the Kingdom that is not of this world. Lord, give us HOLY to help your People to advance in the ways of HOLY…
Those who are the Pastors in THE CHURCH have been chosen and consecrated to take charge of the People of God. They continue with us, the Mission of Jesus… Let us be docile to their teachings and work with them to maintain the UNITY requested by Jesus. With fervour, let us ask the Lord to multiply the calls by giving strength and courage to those who are chosen…

croix diaconaleDeacon Michel Houyoux

I Am the Good Shepherd

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Catéchèse, Enseignement, évangiles, homélies particulières, Page jeunesse, Religion, Rencontrer Dieu, Temps pascal | Pas de Commentaire »

12345...28
 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS